ANNONCE IMPORTANTE DANS LES MISES A JOUR ET ANNONCES.

Partagez | 
 

 Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Ven 8 Avr - 23:40




Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Ayant quitté Mamie Champi' au petit matin et suivant son conseil, j'ai marché deux jours sur le chemin de terre jusqu'à arriver à Yaga. Je me suis nourrie de lapin, de la tarte qu'elle m'a laissé – très bonne ceci dit – et de champignons. Lors de mon premier repas, j'ai troqué la joli robe blanche contre mon jean et chemise. Je suis beaucoup plus à l'aise avec cette tenue. Dans les Plaines de Krid, j'ai été contente d'avoir des notions de survie. Comment faire un feu, comment dormir, faire sa toilette... Je ne marche pas vite, préférant observer les paysages. Après tout, je n'étais pas pressée. Et la bibliothèque de Yaga ne bougerait pas en quelques jours.

Je finis par arriver à observer les pierres et le bois s'entremêler alors que le soleil se couche. Les rayons orange et rouge illuminent la forteresse alors que mes pas me rapprochent de la ville.

J'entre dans la ville et observe l'architecture des bâtiments. Entre la nature omniprésente et le style architectural, tout dans cette ville rend hommage à la flore ambiante. Je me dirige dans une rue, marchant doucement, sans pression, cherchant une auberge ou une personne qui voudrait me loger. Un logement pour ce soir. La bibliothèque ou un boulot pour demain. Un travail à la bibliothèque serait le mieux.

Je doute que cela soit aussi simple...

Je finis pas m'asseoir contre un mur, fatiguée de ma longue marche. Je baille un coup et somnole, lorsqu'une clochette non loin de moi me réveille.

- Bonsoir gente demoiselle. Auriez-vous besoin d'aide ?

Relevant les yeux, j'observe un jeune homme me sourire. Lui rendant son sourire, je lui explique mon embarras. Par pitié – ou simplement pour être gentil, il m'invite chez lui m'offrant un toit, un repas et une douche. Méfiante mais reconnaissante, j'accepte avec plaisir. Je ne vais pas passer à côté de cette occasion en or. Et puis, mon squelette peut me protéger. Je ne suis pas seule dans ce monde. J'aurais préféré avoir Genji... Mais je suis satisfaite d'être seule. Genji aurait gardé les lois de notre monde en tête, pour vivre équitablement, avec honneur, dignité et en accord avec les valeurs morales que nous avons tous deux apprises.

Cependant, ici, les valeurs morales, les lois et les notions d'honneur et de dignité qu'il affectionne tant ne sont peut-être pas les mêmes.

Ah... Je manque tellement d'informations...

Arrivée chez lui, Nathan me propose de prendre une douche pendant qu'il prépare le repas. Refusant mon aide, il insiste pour que je me détende, prétextant le fait que j'étais son invité. Après une douche, nous dînons en tête-à-tête, discutant de tout et n'importe quoi. J'apprends qu'il s'appelle Nathan et est employé dans l'administration du Conseil. Il m'explique les grandes règles de la ville, précisant que ces règles ne sont pas forcément valables dans toutes les villes de ce monde mais qu'elles le sont dans Viridia. Il m'explique les différentes contrées de ce monde, à savoir Viridia, Krome, Vermeï, Celestii et la Zone Neutre. Il me laisse du papier et une plume pour écrire et je note toutes les informations qu'il me donne. Il me dit qu'à Viridia, la violence n'est pas acceptée. Pas en ville tout du moins.

- Sauriez-vous où se situe la bibliothèque ? Sauriez-vous également s'ils embauchent ?

Il m'explique comment se rendre au bâtiment des adeptes de la lecture, m'indique que c'est un lieu pour les érudits et qu'il est ravi d'avoir une érudite chez lui. Il ne sait pas s'il embauche mais, à défaut, me donne une feuille avec des informations. C'est une offre d'emploi pour le « Pony Super Express », proposant un emploi à temps plein ou partiel. La seule condition est de passer l'épreuve test. Malheureusement pour moi, mis-à-part le fait que c'est une livraison, il n'a pas plus d'informations. Et s'en excuse.

Je lâche un petit rire et remercie Nathan pour toutes les informations qu'il m'a communiqué. Je lui dis que c'est déjà énorme et lui promets de me proposer à ce poste si la bibliothèque ne recrute pas. Après tout, je n'ai ni argent, ni expérience dans ce monde. Un emploi serait le bienvenu.

LÉGENDE
Spoiler:
 



_________________

PP: 835  / Devas: XX


Dernière édition par Exuperance le Mar 12 Avr - 11:00, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Sam 9 Avr - 0:08



Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Le soleil levant me réveille, ses rayons chauds sur mes paupières et je m'étire dans les draps propres. Je me lève en silence, et reste quelques instants interdite. Dans le lit, Nathan dort encore profondément.

Ah oui, c'est vrai. Hier soir nous avons bu. Et je crois me souvenir qu'il m’ait proposé de rejoindre son lit. Hum... C'était bien...
Doucement, je caresse la tempe de l'homme endormi et il sourit, le sommeil lourd. Je sors du lit et prend ma douche avant me remettre la robe blanche, fluide. Je dois être présentable pour un entretien. Lorsque je reviens dans la cuisine, Nathan est en train de préparer le petit-déjeuner, me souriant. Il finit par me montrer une pièce. C'est, m'apprend-t-il, l'ancienne chambre de sa sœur. Je me sens triste d'apprendre qu'après son mariage, elle a délaissé ses affaires et son frère pour une autre contrée. Il me dit que, si les vêtements me vont, je pouvais en prendre. J'ouvre le placard et observe les robes de la demoiselle et, dans la commode, je trouve des sous-vêtements et d'autres vêtements. Pantalon, t-shirt, chemise, débardeur, veste, manteaux...

Il m'amène un sac, simple, en une sorte de lin blanchâtre, et me l'offre pour mes futures aventures. Le remerciant une nouvelle fois, je transvase le contenu de mon attaché-case - en souriant à la vue du squelette enveloppé contre mon livre - dans le sac et lui laisse la mallette. Je lui explique son fonctionnement et utilité, surtout pour un employé administratif comme lui.

Après deux-trois phrases-bateau, il m'annonce que je peux rester quelques jours jusqu'à trouver un emploi et un logement. Je le remercie grandement de cette offre généreuse.

En sortant de chez lui, après un choix de vêtements et un petit-déjeuner, je me dirige vers la bibliothèque, sac sur l 'épaule. Je porte une robe blanche au col éloigné de mon cou. La dentelle au niveau des épaule flotte doucement en touchant rarement ma peau. Entre l'opale du vêtement et l'ébène de ma chevelure, je me trouve un air de poupée d'un autre monde. Étrangement, j'aime cette image.

Je finis par trouver le seul bâtiment qui m'intéresse. Imposant, je ne pouvais pas le louper. Un panneau « BIBLIOTHEQUE » trône fièrement devant le début d'un pont suspendu au dessus de rien. Il mène à un arbre aux fenêtres taillées et éclairées. La scène est relaxante. Lors de la traversée du canal, je me recharge de l'architecture douce et ondulée, observant les dalles en pierre taillées et les lampes éclairant doucement d'un vert délavé.

Quelques minutes passent avant que je ne me retrouve devant la porte, taillée elle-aussi, au motifs orientaux et aux détails impressionnant. Je pousse la porte, et inspire profondément.

Ah cette odeur... C'est cette odeur que je cherchais...

L'odeur des vieux livres. Des livres neufs, des livres anciens... L'odeur du papier et de l'encre... Cette odeur est nostalgique, relaxante... Un sourire de plaisance se forme sur mon visage. Oui, je pense que je pourrais passer ma vie entourée de cette odeur sans m'en lasser.

En ouvrant mes yeux, j'observe la végétation qui a fusionné avec les meubles pour donner un air forestier fabuleux. Les livres sont empilés par endroit, certains penchent au vue de certains tomes manquants. Je souris à ce mélange d'ambiance de randonnée forestière et le sérieux que mon ancienne bibliothèque me rappelle.

Je tends l'oreille un instant pour n'entendre que le bruit ds pages que l'on tourne, le vent qui souffle par à-coups et le bruit de mes pas. Je peux entendre d'autres pas, légers, discrets. Le silence rend l'endroit cérémonieux, presque sacré.

Devant moi, un bureau en bois massif et deux hommes m'accueillent parlant doucement.

- Bonjour Madame et bienvenue à la Bibliothèque de Yaga. Désirez-vous quelque chose en particulier ?

- Bonjour Messieurs. Je souhaitais savoir si votre bibliothèque recrutait actuellement ? Je souhaiterais poser ma candidature afin de vous aider dans …

- Excusez-nous Madame mais actuellement la bibliothèque n'a pas de poste disponible.

- Oh...

Mon ton est clairement déçu. Je ne veux pas cacher ma peine. Je faisais cela dans mon ancien monde. C'était épuisant à la longue. Observant les deux hommes, je remarque beaucoup de différence. L'homme à ma gauche est blanc, les cheveux courts et blonds. Il a les yeux marrons et des épaules correctes. Le second a la peau mate et les cheveux longs – bien qu'attachés. Ils sont ondulés et aussi noir que le Néant. Ses yeux sont d'un bleu océan superbe et sa carrure m'aurait plutôt fait penser à un trait athlétique plutôt qu'employé de bibliothèque. Je reprends une contenance   en sommes toute relative et reprends :

- Je vois. J'aimerais savoir s'il y a dans vos connaissances les noms et lieux des grandes autres bibliothèques.Et pourriez-vous m'indiquer la zone où je peux trouver vos documents historiques ?

- Vous désirez l’histoire de Yaga ou l'Histoire de ce monde?

- Je pense commencer avec L’Histoire avec un grand « H ».

L'athlète sourit pensivement.

-Seriez-vous nouvelle dans ce monde ?

Je le regarde curieusement. Xenosia m'avait fait une réflexion comme cela. Est-ce tellement visible ?

- En effet. Je suis arrivée il y a quelques jours à peine.

Se levant pour faire le tour du bureau, l'homme métisse m'emmène dans un coin du bâtiment où la forêt semble avoir gagné une dure bataille contre les meubles et les livres. Je vois des arbres ayant poussés au milieu d'une rangée, en plein milieu d'une bibliothèque. Je vois des flaques d'eau au sol, des herbes en plein milieu des rangées, des fleurs un peu partout, du lierre sur certains pans de meubles. Les tons marrons, verts, bleus sont superbes.

Sans m'en rendre compte, je me suis arrêtée et observe de tout mon saoul cette vision. Je n'aurais jamais vu cela dans mon monde. Et tous ces livres... Ils contiennent des informations que je n'ai pas, ils sont peut-être écrit dans une langue qui m'est inconnue !

L'employé pose sa main sur mon épaule, me sortant de ma transe. Il me sourit et se dirige vers un rayon. Et je le suis en silence, écoutant le rythme de nos pas et le son de mon souffle.

LÉGENDE
Spoiler:
 



_________________

PP: 835  / Devas: XX


Dernière édition par Exuperance le Mar 12 Avr - 10:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Sam 9 Avr - 0:35



Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Entourée d'une brise agréable et de verdure, je lis. Je lis – pour le moment – des livres historiques et les légendes de ce monde. Diane me disait que les légendes sont une partie oubliée de notre Monde. Je pense que cela doit être le cas ici aussi.

« Ce monde s'appelle Horizon » décida le Grand. Il avait comblé le vide par un ciel azuré ponctué de nuages laiteux à perte de vue, et un astre pour unir le tout et donner à l'atmosphère cet air si épuré. Trop pur pensait le Créateur. C'est ici encore le nom que donnent les premiers venus à l'entité régissant cet univers. Le Créateur voulait un monde complet et complexe, habité de tout type de vie, sans aucun désir perfide et manipulateur, il se faisait simple observateur. Le Créateur est Dieu. Il est omniprésent, omnipotent, suprême. Il lui fallait bien d'infinité pour trouver la force d'arracher des parcelles entière d'outre-monde. C'est ainsi d'ailleurs qu'il choisit de se faire appeler, sans aucune prétention, ce nom l'illustrait parfaitement, Infinity. Horizon et Infinity. Un duo parfait entre un créateur et sa création. Un observateur disait-on, d'une impartialité sans faille. Seul le Nouveau Monde qui se modelait pouvait rompre cet équilibre. 

Infinity, le Grand ou le Créateur, équilibra le monde grâce à une passerelle. Partout où il manquait quelque chose, il fallait un équivalent pour le combler. Il créa donc le premier vortex comme l'appelaient les nouveaux venus, une faille comme l'appelaient les anciens. Ce n'était pas sans raison, ce vortex était la passerelle entre les deux mondes, et était à sens unique, mais c'était la faille que certains anciens de la première vague chercheraient – bien des années plus tard - à exploiter. A leur arrivée, Infinity brida les pouvoirs de tous les nouveaux arrivants, les réduisant à l'état de nouveaux-nés. Son but ? Aucun de réellement défini, ce n'est qu'une entité qui se plaît à observer sa création évoluer, et d'autant plus à analyser l'évolution des êtres créés par ses confrères d'outre-monde souvent jugés comme Divins.

Seulement certains puisque diverses alliances se créèrent entre les arrivants d'outre-monde, des alliances des plus basiques, mais qui pouvait aisément faire pencher la balance de par le poids de leurs décisions. Nous avions d'un côté ceux voulant exploiter la faille pour repartir, forts de cette nouvelle expérience. Les Vertueux

D'autre part, nous trouvons les plus laxistes, arrivés dans ce monde par hasard, ou de leur propre volonté en traversant le vortex qui sait. Peu leur importe, ils comptent bien profiter de ce monde pour vivre leur vie paisiblement. Ce monde pouvant se révéler même être un salut pour d'autres. Pour faire simple, ils profitent pleinement de cette nouvelle opportunité qui s'offre à eux. Vivant une vie simple et sans détour dans leur choix, ni arrière-pensées. Les Exaltés.

Proches des vertueux dans la forme, une autre alliance s'est formée. Ceux-ci souhaitent également exploiter la faille dans des intentions bien moins louables. Ambitieux, ils ne veulent nullement faire les choses à moitié, et encore moins couper la poire en deux. La conquête des failles est pour eux l'occasion d'étendre leur pouvoir jusqu'aux autres mondes, et s'approprier l'Horizon. Ne perdant pas le nord, ils profitent d'une double connotation dans leur appellation, les Conquérants pour tromper et embobiner les vagues d'arrivants à venir.

Enfin, la dernière alliance, celle qui pourrait apporter son aide aux Vertueux et aux Exaltés, admet la toute puissance d'Infinity et s'accepte même à vivre sous sa tolérance infinie. Ils ne cherchent nullement à l'atteindre ni même prêcher sa bonne parole, mais simplement à faire subsister son œuvre. Cherchant à protéger les failles, et même trouver un moyen de les sceller pour empêcher leur accès aux Conquérants. Ce camp a d'ailleurs connaissance d'une information que personne d'autre n'a. Il existerait quelque part dans le monde UNE faille bien particulière nommée Origine. Cette faille que les Gardiens se doivent à tout prix de trouver et sceller au plus vite.

Cette dernière abriterait selon les dires la demeure d'Infinity. Elle qui se trouve par ailleurs bien moins cachée qu'on ne le croit.

Et toi, qui que tu sois, tu viens d'arriver en Horizon. Alors que des villes se sont déjà formées, établissant le point de rassemblement des diverses alliances, est livré à toi-même dans ce nouveau-monde. Dans lequel tu prendras part volontairement ou par la force du destin, qu'importe !

Nous concluerons par des écrits qu'on lie au Créateur. Il les aurait gravé il y a fort longtemps.

« Infinity t'attend et t'accueillera à bras ouvert et te souhaite bonne chance! Montrez-vous dignes de l'intérêt qu'Il a pour vous~ »

Bien. Cette légende m'a appris beaucoup de choses. Les groupes, pourquoi, qui... Je note toutes ses informations dans mon calepin. Grâce aux informations que j'emmagasine, je peux affirmer que les Groupes existent.

Je suis à Yaga, capitale Vertueuse. Dans cette partie, située à l'Est d'Horizon, possède un peu de mer mais sinon... Je n'aime pas cette idée, mais il est dit que ce monde flotte dans le rien. La phrase est moche mais je ne sais pas comment la reformuler avec des termes plus scientifiques, plus explicites.
Donc à l'Est nous avons Viridia, la région dans laquelle je suis, est connue pour son lien avec les végétaux. Lien omniprésent à Yaga. Quiconque arrive dans cette ville le remarque directement. Visiblement, je suis dans la ville des Vertueux.

Au Sud nous avons Vermeï. Sa capitale est Fushia, c'est la capitale des Conquérants. C'est là que Xenosia disait aller. La région est petite mais prolifique bien qu'aux technologies moyenâgeuses.

À l'Ouest, les températures négatives sont le lot quotidien, la région de Celestii ne me semble pas spécialement simple à vivre pour leur Gardiens. La métropole, Drakkfrij, a été construite sur un vortex, augmentant la température. Mais il est question de hiérarchie primaire.

Enfin, au Nord, on trouve Krome et sa capitale Platt. C'est le lieu des Exaltés. Et la région m'intéressant le plus. Ils ont l'air d'être ceux ayant une technologie supérieure aux autres régions. Et s'ils ont de la technologie, il n'y a pas de raison qu'il n'y ai pas de bibliothèque digne de ce nom.

J'attrape mon crayon et note, sans regarder le calepin « Bibliothèque Yaga => Krome ( Nord) cap. Platt ». Ainsi je me dirigerais vers le Nord pour finir avec le Sud et retrouver Xenosia à ce moment-là.

Je finis par me lever, le ventre criant ma faim et range le livre. Je reste quelques secondes devant l'étagère. « Tant de livres qui me sont inconnus... ». Je souris et sors du bâtiment, profitant du ciel bleu pour m'étirer, bras derrière mon cou. Je fouille quelques temps dans le sac en lin avant de me diriger vers le Super Pony Express. Je me dirige vers l'entreprise en profitant du soleil et en m'imprégnant de l'ambiance de la ville forestière.

Au fond d'une ruelle sombre, j’aperçois l'enseigne qui m'intéresse. La devanture de la boutique est constituée de pierres, recouvertes de mousse pour la plupart, alors que le corps du magasin est dans un arbre creusé. Les teintes marrons et vertes offrent une vision simple et chaleureuse de l'enseigne. Je pousse la porte en écoutant le son de la clochette qui résonne. Je regarde le bureau et l'homme derrière. Je m'avance vers lui, lui souriant.

- Bonjour ! Je viens de la part de Nathan, employé au Conseil. Il m'a conseillé de venir vous voir pour un emploi afin que je puisse m'installer dans Horizon.

L'homme d'un certain âge me regarde et va dans l'arrière-boutique. Une fillette revient quelques secondes avec lui et m'observe un temps avant de tendre sa main.

- Bonjour, je suis Cordéliane. Je suis la directrice du Super Pony Express de Yaga. C'est Nathan qui vous envoie ?

- C'est exact. Je m'appelle Exuperance. Enchantée.

Nous échangeons une poignet de main ferme contre toute attente.

-Et vous souhaitez entrer chez nous en temps plein ou partiel ?

En temps partiel, je souhaiterais avoir du temps pour connaître la région et en apprendre plus sur ce monde.

- Bien. Il faut savoir que le temps partiel se compte en missions. Si vous faites 2 missions d'une semaine chacune, à la suite, on considérera que vous avez fait votre quota et on ne vous contactera que le mois d'après. Au besoin, vous pouvez venir nous dire si vous désirez une mission de plus. Mais trois mois de suite, on vous passe en temps plein. Alors, il n'y a pas d'entretien. Nathan a dû vous l'expliquer je suppose. Nous vous confions une livraison et sur cette livraison nous jugerons si nous vous prenons ou pas.

-Cela correspond aux paroles de Nathan en effet.

La fillette, m'arrivant à l'épaule a les cheveux courts et verts à l'exception de deux petites couettes passant par sa nuque et lui descendant jusqu'aux épaules. Elle porte une couronne de branchage et de houx ? Ou d'une plante inconnue ressemblant au houx de mon monde. Ses grands yeux marrons sont semblables à deux noisettes mures et semblent lire en moi. Comme si elle voyait des choses qui me sont invisibles. Par dessus sa sur-robe aux couleurs forestières claires elle porte un châle beige semblant léger. La sous-robe recouvre son corps jusqu'à mi-mollets avec un vert me rappelant l'herbe bien nourrie de mon ancien jardin. J'observe les lanières de cuir qui comblent la peau des mollets de l'enfant. Ses pieds sont nus mais n'ont pas l'air de la déranger.

Elle revient après m'avoir laissée seule trois ou quatre minutes et me tend une enveloppe.

- Il y a la mission dedans. Tu peux partir de suite ou demain si tu veux. Passe par ici pour nous dire quand la mission commence et sinon, tout est dit dans la mission. Je retourne travailler. Au revoir Exuperance.

Le vieil homme m'invite dans une salle vide pour que je lise la mission. J'accepte gracieusement. et il vient me servir un thé.

«Mission d'essai

Participant/s/e/es : Exuperance
Durée de la mission : 7 jours
Conditions pour la réussite de la mission : Amener le colis/la missive à l'endroit prévu dans les temps
Destinataire : Bijoutier de Rift – région Zone Neutre
Rendre la mission à : Super Pony Express à Rift

Instructions : 

1/ Vous sera confié un colis ou une missive
2/ Vous ne devez ni perdre ni vendre ni détruire ni ouvrir l'objet confié
3/ Le destinataire est le Bijoutier de Rift, se trouvant à l'entrée de la ville
4/ Vous annoncerez votre nom et donnerez cette lettre lorsque vous rendrez la mission
5/ Super Pony Express vous donnera une réponse à cet entretien au maximum quatre heures après que vous ayez rendu la mission


Bonne chance »

Je souris en regardant la mission. Je pense pouvoir le faire. Je sors de mon sac de quoi écrire et reprend mes notes. Alors... Au plus court je dois retourner dans la Forêt Enchantée, contourner le Mont Silex, passer par Vermeï et entrer dans Rift par le Col Acéré. Si je garde un rythme de marche régulier, je mettrais deux... Non disons trois jours pour arrivée aux alentours de Vermeï. Et je ne pense pas mettre quatre jours pour le reste du chemin.

Moui, je pense que ça devrait aller.

Je sors de la pièce en saluant le vieil homme et lui annoncer que je débuterais la mission demain matin. Je lui demande leur heure d'ouverture.

- Nous sommes tout le temps ouvert Mademoiselle. Peu importe le moment auquel vous arrivez.

Ah ? Soit.

Je le salue une nouvelle fois avant de retourner à la bibliothèque afin de me renseigner sur les moyens de locomotion, sur le chemin que je devrais prendre et plus encore.  

LÉGENDE
Spoiler:
 



_________________

PP: 835  / Devas: XX


Dernière édition par Exuperance le Mar 12 Avr - 11:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Sam 9 Avr - 0:39



Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Le vent frais me fait du bien. Je sens le vent s'engouffrer sous mes cheveux et profite du silence de l'aube. Je suis confiante, reposée, souriante.

La veille, ayant validé mon trajet et la durée, je suis retournée chez Nathan et ai passé une bonne soirée à discuter avec l'homme. La nuit a été longue, reposante et fluide. J'ai rarement dormi aussi bien.

Ce matin, j'ai bu du café, manger des cookies fait la veille par l'homme m'hébergeant et suis partie alors que le ciel commençait à peine à s'éclaircir. Je suis habillée d'un pantalon noir plus léger que le mien, un haut noir également. Dans mon sac trois tenues dont la robe blanche de Mamie Champi et ma tenue de base calent le reste de mes possessions. Dans le sac, une gourde et le reste des cookies m'ont été donné toujours par l'employé du Conseil.

J'entre dans l'enseigne ouverte, bien qu'il soit tôt. Mais j'étais prévenue. Remplissant ma fiche de mission avec une série de signe m'étant inconnus, on me confie un petit paquet. Je le doserais à un kilos au plus et demande si je peux le caler entre mes vêtements. A cause de la chaleur, je n'ai pas envie de casser ou faire fondre ce qu'il contient. Mais non, je peux le faire. Ce n'est pas trop fragile et n'a aucune influence selon la température.

Parfait.

Je range la mission et salue l'homme et la fillette, partant de Yaga en souriant d'un pas léger. Je traverse la ville sans m'arrêter et, aux frontières de la ville, me dirige vers le Nord-Ouest en suivant le chemin au sol.

Comme prévu, j'arrive près du Mont Silex dans la matinée de la troisième journée. Je me pose pour déjeuner des champignons et le lapin tué la veille. Je l'ai cuisiné et ai gardé deux pattes pour ce midi. Je bois dans la gourde que j'ai rempli au point d'eau que nous avions trouvé avec Jûzo. Une fois le repas fini, je me redresse et reprends ma route en suivant la chaîne de montagne.

La forêt dans laquelle je suis se termine brusquement, me montrant un paysage composé de champs, de verdure mais plus agricole. Je reste à la frontière entre ces deux visions pour ramasser des brindilles sèches. Une fois trouvées, je me mets en chasse d'un animal qui me servira de repas. Je sors ma dague en posant sac et brindilles au même endroit. Je ferme les yeux et écoute. Je reste immobile pendant des minutes avant de trouver un lapin qui m'approche. Et, alors qu'il était trop curieux, le pauvre animal se prend ma lame en pleines côtes. Je l'attrape et lui crève les yeux, l'attrapant par les pattes arrières pour le vider de son sang.

En marchant un peu plus longtemps, l'animal laissant une traînée rouge derrière moi, je contourne la montagne avant de trouver une maison au milieu d'un champs. Je m'y dirige, appréciant l'idée de douche et de vêtements propres. A moins de cinquante mètres de l'habitation, au vu du toit troué, de la porte branlante et d'un volet arraché, je comprends que personne ne vit ici.

Le paysage est vert. J'attends l'aurore pour comparer le paysage rougeâtre.

Le ciel s'assombrit rapidement et je décide de m'installer ici pour une nuit. J'empile les brindilles et dépèce la hase décédée. La vidant, je finis par la mettre à cuire. Je pose le manteau pris chez Nathan au sol et fait, comme tous les soirs, une petite toilette rapide. Je m'habille de ma robe blanche et mange un peu de lapin, en réserve une grosse partie pour les jours suivants.

Je regarde le ciel quelques temps, profitant de ma solitude et la brise qui fait voleter ma chevelure. C'est après avoir baillé plusieurs fois que je rentre pour m'endormir près du feu.

LÉGENDE
Spoiler:
 



_________________

PP: 835  / Devas: XX


Dernière édition par Exuperance le Mar 12 Avr - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Mar 12 Avr - 10:53



Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Je reprends ma route, un peu fatiguée par les réveils répétitifs de la nuit passée. Entre des cauchemars et les animaux, je me sens lasse. Je revois le corps de Genji mort, le ventre ouvert, entrailles dehors. Je revois son sphénoïde et secoue la tête.

Non, je ne veux pas revoir ça...

J'observe ma tenue un instant. Ma robe blanche est légèrement froissée mais je n'y prête pas une grande attention. Je range mes affaires lentement et me remets en marche. Malgré la nuit passablement mauvaise, les paysages  sont d'un vert étincelant, me motivant à marcher en sifflant, en fredonnant. Je finis même par chanter à gorge déployée alors que ma vision me confirme ma solitude. À ma gauche, les décors de la nouvelle région ravissent mon regard, à ma droite, la chaîne de montagne rugueuse me bloque la vue. Je me demande à quoi ressemble Rift. Étais-ce une grande ville ? Avait-elle une architecture différente ? Et une bibliothèque ? Une grande bibliothèque ? Je l'espère. J'espère y apprendre de nouvelles choses...

Mes pas me dirigent aussi loin que je le pus, m'arrêtant au milieu des champs pour déjeuner. Je mange une patte de lapin froide, me rassasiant légèrement mais me motivant en pensant à la ville vers laquelle je me dirige. Les deux jours qui suivirent furent exactement comme les premiers. Je mangeais lentement et me lavant rapidement dans les points d'eau que je trouvais. J'en profitais pour remplir ma gourde par la même occasion. Je dormais là où je pouvais, à la belle étoile ou dans une cavité creuser dans la montagne.

Six jours passèrent. J'arrive près du Col Acéré, fatiguée mais ravie. Mes calculs étaient justes et je n'avais pas été agressé. Deux bons points. J'arrive en début d'après-midi si j'en juge le soleil encore haut dans le ciel. J'ai le ventre vide. Vivement que je rende cette missive et que je mange quelque chose. M'engouffrant dans le Col, j'observe les parois piquantes de la chaîne de montagne. Je marche lentement, observant la ville de rapprochant de ma vision. Alors que mes pas me dirigent vers Rift, j'observe quatre silhouettes debout, au milieu du chemin. Je marche un peu plus vite, observant leur tenue. Ils sont en armure et leurs armes sont à portée de main. L'un d'eux, me voyant, attrape son épée qu'il dégaine. Je hausse un sourcil continuant ma marche.

- Halte-là étrangère !

- Veuillez vous identifier !

J'observe l'épéiste et son camarade m'alpaguer.

- Bonjour Messieurs. Je m'appelle Exuperance. Je viens de la part du Super Pony Express.

- Nous vous demandons de prouver cela. Veuillez nous suivre.

- Bien entendu.

Je suivais docilement l'homme tenant une hache pour entrer dans un poste que j'estime être à mi-chemin entre l'entrée du Col Acéré et Rift. Une fois à l'intérieur, je pose mon sac au sol, agenouillant pour chercher la lettre demandée. Dès qu'ils me virent plonger mon bras dans le sac, deux des quatres mercenaires dégainèrent leur armes, trois d'entre eux me mirent en joue alors que je sentis une lame se coller à ma gorge. Je résiste à l'envie de me reculer pour sourire. Mais comment ? C'est une bonne question.

- Du calme, j'ai reçu une mission écrite. Je la cherche.

- Je ne rangerais ma dague que lorsque j'aurais confirmé cela, étrangère.

La voix est forte et assurée. Bien, jouons ce jeu alors. J'appuie mon cou sur la lame, m'entaillant légèrement la gorge pour mieux regarder mon sac. J'attrape l'enveloppe, en sort la mission que je leur déplie et la tend à l'homme derrière moi. Il l'attrape, la lit et la passe à ses camarades. Posant mes mains sur ma gorge, je me concentre pour illuminer mes membres d'une vague lumière verte. La peau taillée se reforme doucement jusqu'à ce que, malgré mes doigts, je ne sente plus rien. Aucune cicatrice, pas de marques, rien. Comme si la dague n'avait jamais touché ma peau. L'homme m'observe, sur la défensif. Le plus jeune s'approche de moi, hache à la main et pose sa main sur mon épaule. Je la sens chauffer. Ce n'est pas douloureux ni désagréable. C'est plus surprenant que dangereux. Sa voix résonne, comme si elle avait une dimension iréelle.

- Et une fois votre mission faite ? Que comptez-vous faire ici ?

- D'abord la rendre. Ensuite prendre une douche et manger. Voir s'ils ont de nouvelles missions, visiter la bibliothèque, me diriger de préférence vers Krome. Je ne pense pas rester longtemps.

- Elle dit la vérité.

J'hausse un sourcil. Sa main se décolle de mon épaule, comme s'il...

- Tu as lu mes pensées ? Non... Tu as jugé mes paroles.

Il me sourit. Je lui rends son sourire.

- Est-ce déplacé que de demander comment ton pouvoir fonctionne ?

- Oui ça l'est. Tu devrais le savoir, soigneuse.

Je plante mon regard dans le sien. Ses yeux sont d'un bleu-gris semblable aux journées d'hiver de mon monde.

- Navrée. Je suis arrivée il y a un peu plus d'une semaine et je ne maîtrise pas mes pouvoirs. Je sais que je peux soigner comme tu l'as si bien remarqué. Mais je n'en sais pas plus.

Il me regarde longuement avant de m'expliquer comment me rendre chez l'alchimiste du coin. Il m'explique que les habitants de Rift l'appelle affectueusement la Sorcière. Qu'elle pourra m'aider.

Je note tout ce qu'il me dis avant de reprendre l'enveloppe, les saluer et sortir pour rendre, enfin, cette mission.

LÉGENDE
Spoiler:
 



_________________

PP: 835  / Devas: XX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 09/03/2016
Age : 27
Localisation RP : Viridia (pour le moment)

Profil
Points de Puissance :
835/3000  (835/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   Mar 12 Avr - 11:18



Ostéologue, livreuse... Que d'avenir!


Lorsque je reprends ma marche, le soleil ne s'est abaissé que de peu et j'estime avoir perdu une heure avec les mercenaires. C'est ennuyant mais bon, ils auraient pu me retenir beaucoup plus longuement. J'accélère ma vitesse de marche pour combler le retard accumulé et arrive à l'entrée de la ville alors que le soleil commence à éclairer le paysage de teintes orangées. Sans attendre, je me dirige vers la bijouterie. Comme je l'espérais elle se situe dès l'entrée en ville. L'énorme diamant en enseigne m'indique son emplacement rapidement. Avant d'entrer, j'attrape le paquet et entre dans le commerce.

Un homme me salue. Les cheveux grisonnants, le regard bleu océan, je lui rends son salut.

- Bonjour Monsieur, je suis envoyée par le Super Pony Express pour vous remettre un colis.

L'homme m'adresse un sourire et nous discutons quelques instants, riants joyeusement. Il me demande comment s'est passé mon voyage, je lui raconte deux-trois paysages que j'ai vu. Le temps  passe plus vite que ce que je croyais et il m'invite à dîner avec lui avant que je ne quitte son enseigne.  J'accepte joyeusement et me dirige vers le Super Pony Express. Lorsque je trouve la boutique et que j'ouvre la porte, j'observe deux hommes discuter. Je les salue d'un signe de tête, observant leur regard. Je sais pertinemment qu'au moins l'un des deux m'imagine sans ma robe. Mais je reste droite, fière. J'ai l'habitude de ce genre d'hommes. J'attends patiemment que la femme devant ses yeux termine avec les deux autres. Elle a de jolis yeux verts, des cheveux bruns lui arrivant aux épaules. Ce qui marque les esprits et le regard est sa tenue. Un kimono bleu et blanc. Ses épaules son dénudées, sa poitrine couverte légèrement couverte par des morceaux de tissus dans tous les sens. Sur son oreille droite, une longue boucle d'oreille aux couleurs froides pend lassivement. J'observe la demoiselle répondre à une question que je n'ai pas entendue et les hommes la saluent avant de s'en aller.

Elle se tourne vers moi, un sourire commercial sur le visage.

- Bonjour madame, excusez-moi pour l'attente. Vous désirez ?

- Bonjour. Ne vous inquiétez pas, c'est tout naturel. Je m'appelle Exuperance et je viens d'effectuer une livraison test pour votre enseigne. Je viens de Yaga. Voici la mission que ma remise votre collègue.

Attrapant l'enveloppe et y jetant un bref coup d'oeil, elle me sourit sincèrement et tamponne le papier en riant.

- Bienvenue au Super Pony Express. Légalement je dois en parler avec mes collègues mais le paquet est bien arrivé, dans les temps.

Je la remercie, prétextant une douche et un repas, lui promettant de revenir le lendemain. Je la quitte et m'affale sur le mur de la boutique. Je suis éreintée, physiquement, mentalement. Je veux retrouver le bijoutier, manger chaud, me laver et dormir. Je ne souhaite plus que cela.

Le repas, quelques heures plus tard, se passe bien. J'ai même le droit à une part de gâteau! Du sucre... Je revis. Cela fait tellement longtemps que je n'ai pas mangé de pâtisserie... La femme du bijoutier, s'étant pris d'affection pour ma personne, me propose de rester dormir chez eux. Acceptant bien volontiers, j'use de leur douche, soupirant de bonheur lorsque la crasse quitte mon corps. Mais cette sensation n'est rien par rapport au moment où mon corps s'allonge dans le lit. Et où je me sens sombrer dans les bras de Morphé avec une vitesse étonnant.

LÉGENDE :
Spoiler:
 


[/b][/color]

_________________

PP: 835  / Devas: XX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ostéologue, livreuse... Que d'avenir! [Quête 04, solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Validation d'une petite ostéologue
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» L'avenir dira le reste.
» L'avenir de la VPC GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horizon RP :: Horizon :: Viridia :: Yaga [Base] :: Ruelles Sombres-