ANNONCE IMPORTANTE DANS LES MISES A JOUR ET ANNONCES.

Partagez | 
 

 Le froid apporte la mort [Xenosia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Sam 6 Aoû - 17:28

Le froid apporte la mort

La neige. Elle s'étend à perte de vue. De magnifiques champs blancs immaculés qui se confondent avec le ciel à l'horizon. Mais aussi vierge de tout signe de vie, humaine, animale ou végétale. Des monts enneigés qui se perdent dans les nuages tout autour de moi, comme les barreaux d'une nouvelle cage. C'est étrange de se sentir à l'étroit dans tout cet espace rien que pour moi. Pas un village, pas une maison, même pas une cabane. Peut-être sur l'autre flanc de la montagne. Où suis-je exactement ? En Alaska ? En Russie ? Un bref coup d'œil vers le ciel me permet d'annihiler totalement cette hypothèse. Je reste choquée, le regard rivé vers les trois lunes alors que le soleil se reflète encore sur la neige, rendant le paysage éblouissant. Peut-être que je lis trop, mais un tas de nouvelles hypothèses farfelues se bousculent dans ma tête.

Couverte d'un t-shirt à manches longues et d'un jean troué, je grelotte dans cette neige. Je suis trempée jusqu'à l'os, frigorifiée, mes lèvres sont bleues, mon corps parcourut de spasme. Mon ventre gargouille. Je marche depuis hier matin, du moins je présume au vu de la position du soleil dans le ciel. Soleil qui commence à se coucher. Je meurs de faim. J'ai soif aussi. Mon nez est bouché, ma gorge irritée alors qu'au fur et à mesure que les heures avancent, je me sens de plus en plus faible. Je n'ai toujours croisé aucun signe de vie humaine. Quelques animaux inconnus, des plantes étranges, mais rien de plus. Y a-t-il seulement des humains ici. Suis-je toujours sur terre dans une espèce de futur ou la nature aurait reprit ses droits ? Est-ce une terre d'une autre dimension ? Ou suis-je totalement sur un autre monde.

Mes jambes sont engourdies par le froid et l'épuisement. Mes muscles ne sont pas habitués à ce que je les sollicite autant. Je m'arrête près d'un rocher immense, dur et froid. Avec mon pied, j'essaie de dégager la neige au sol pour me rouler en boule contre cet énorme caillou dans le vain espoir de me protéger de la morsure glaciale du vent. Moi qui voulais une mort lente est rapide, voilà des jours qu'elle traîne... Je vais surement mourir ici, dans la neige. Je vais m'endormir et ne plus jamais ouvrir les yeux. Je les ferme, mes dents claquantes, mes mains frictionnant faiblement mes avant-bras. Ce serait peut-être mieux si je mourais cette nuit, oui, sans souffrir, sans le sentir. Si la mort m'entend, j'aimerais qu'elle vienne me prendre et me serrer dans ses bras réconfortant.
(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)


Dernière édition par Polymede le Sam 6 Aoû - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 20
Localisation RP : Zone neutre

Profil
Points de Puissance :
3620/3750  (3620/3750)
Skittles : 145
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Sam 6 Aoû - 17:56

Traquer... Depuis mon arrivée sur ce monde, je n'avais plus traqué. Rechercher, traquer, trouver puis exécuter sa proie, je ne l'avais pas encore fait sur ce monde, mes là, à ce moment précis mes instincts de tueuse ressortaient, je chassais un homme, qui avait tuer à Platt. Certes, j'étais aussi un assassin, mais moi, je ne me faisais pas prendre lors du meurtre. Voilà des jours que je suivais la piste de l'homme, il avait quitté Krome pour se réfugier à Celestii, pour y être en sécurité, mais moi, je n'ai aucune limite. J'ai un boulot, je le fais.

En voyant que j'arrivais sur le territoire des gardiens, je me rappelais de ce que j'allais trouver là-bas. Des étendues de neige et de glace inhospitalières, des créatures féroces dans certains endroits et le froid. Heureusement, mon armure me protégeait bien du froid, malgré tout, j'avais pris une fourrure blanche sur moi, elle reposait sur mes épaules, la capuche de fourrure par-dessus celle de mon armure. Cette protection contre le froid tombait jusqu'à mes talons, laissant une légère trace dans la neige. Je suivais les traces de pas, cet assassin... Était l'un des pires que j'ai jamais eu à chasser. Il ne prenait même pas la peine d'effacer ses traces.

Nargi aussi était avec moi, ses écailles le protégeaient efficacement du froid, malgré tout, il restait sur mon épaule pour ne pas s'enfoncer dans la neige. J'avais des réserves de nourriture, du bois, de l'eau, tout le nécessaire pour survivre quelques jours. Ainsi, je marchais dans la neige, une archère vêtue de noir recouvert de blanc marchant dans la neige immaculée. J'approchais des montagnes Sētō. Passant à côté d'un rocher. Quelque chose attirait mon attention de l'autre côté de celui-ci. Le vent s'était levé depuis peu, ajoutant encore une dose de froid à l'ambiance déjà glaciale.

Derrière le rocher se trouvait quelqu'un, une jeune fille qui semblait en train de sombrer pour ensuite mourir dans le froid. Certainement, une nouvelle arrivante en voyant ses vêtements. Ce monde... Est l'occasion de nous donner une autre chance, ce serait bête qu'elle meurt sans l'avoir eu. Sans rien dire, je retirais la cape de fourrure pour la lui mettre puis je prenais la demoiselle sur mon épaule, ne lui laissant pas le choix, de toute façon, c'était moi ou la mort. Je marchais ensuite, toujours en suivant les traces de pas, mais avec la fille sur mon épaule.

Après quelques minutes de marche, j'apercevais l'entrée d'une grotte, si je continuais de marcher, elle mourrait sans doute. Je m'introduisais dans la grotte, allant au fond de celle-ci pour déposer le corps, peut-être encore vivant, de la jeune fille. Je sortais du bois de ma besace, prenant en plus du matériel alchimique qui brûlait longtemps, allumant ainsi un feu qui avait tôt fait de réchauffer la grotte. Je m'asseyais contre le mur de la grotte, de l'autre côté du feu en la regardant attendant simplement qu'elle se réveille ou qu'elle parle. Je perdrais certainement la trace de l'assassin à cause de la neige, mais les gardiens l'arrêteront peut-être, mais il ne remettrait jamais un pied à Platt. Nargi, quant-a lui s'installais non loin du feu, se roulant en boule pour se reposer.

_________________
Nargi (familier):
 

La mort... ? je l'ai affronter, et suis devenue son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Sam 6 Aoû - 19:21

Le froid apporte la mort

Mes épais cheveux tombent tout autour de mon visage, semblable à un morceau de ciel que l'on aurait arraché à la nuit. Ils sont d'un bleu profond, presque noir parsemé d'étoiles brillantes qui me font penser au ciel de chez moi. Les étoiles ici sont étranges, elles ne semblent pas vraiment rondes. J'aurais aimé les observer au télescope. J'aime le ciel et le mystère qui l'entoure. Mais là, mon cerveau est paralysé par la peur et mon corps par le froid. Ce nouveau monde, j'aurais aimé le découvrir. Peut-être m'aurait-il rendu une meilleure vie que l'ancien. Non, impossible, je ne suis qu'une erreur, je ne mérite pas de vivre, je n'en ai pas le droit. Si le froid, la fin ou la fatigue ne me tue pas, je me ferais peut-être dévorer par une de ces bêtes sauvages, un de ces monstres qui hantent mon esprit et qui sont peut-être réels ici.

Alors que le sommeil m'emporte, ou peut-être la mort, un poids recouvre mon corps d'une chaleur réconfortante. J'aurais imaginé me sentir plus légère alors que mon corps ce serait vidé, j'imaginais ça froid. Je n'arrive plus à bouger, ni même à ouvrir les yeux. Je pensais que je ne sentirais plus mon corps, mais ce n'est pas le cas. Je le sens bouger, s'affaisser sur quelque chose de dur et froid. Il y a du mouvement autour de moi. Est-ce simplement un rêve ? Un rêve lucide ? J'ai peut-être une paralysie du sommeil. Dans tous les cas, je peux juste me laisser faire, sombrant de plus en plus dans les ténèbres.

Une atmosphère tiède me tire lentement de ma léthargie. Un crépitement résonne à mes oreilles alors qu'une odeur de bois brûlé emplit mes narines. J'ouvre un peu les yeux, cligne plusieurs fois et les plisse le temps de m'habituer à la lueur de la flamme. Une peau blanche m'enveloppe, je me blottis dedans par instinct, mes vêtements étant encore humide. Combien de temps ai-je dormi et comment suis-je arrivée ici ? Ma seconde question trouve sa réponse lorsque je redresse la tête. Une silhouette féminine se tien aussi près du feu. J'écarquille un peu les yeux de surprise. Encapuchonnée et cagoulée, je ne peux observer son visage. Son armure noire semble tout droit sorti d'un RPG et l'arc qui dépasse de son dos me donne des frissons.

Je détourne rapidement le regard, intimidée. Je fixe le feu, rougeoyant, chaud, rassurant, sans savoir quoi faire. Peut-être attend-elle que je parle. C'est elle qui m'a emmenée ici ? Elle vient donc de rallonger mon espérance de vie, mais pour combien de temps ? Je devrais surement la remercie, mais ma gorge est nouée. Je tremblote encore, mais n'ose pas m'approcher du feu. J'ai peur de bouger, de faire une bêtise, de la froisser ou encore de me brûler. De quoi n'ai-je pas peur ? Mes cheveux ont séché et masque partiellement mon visage. Moi qui aime le silence, je trouve celui-ci pesant et insupportable. Ma vie est très certainement entre les mains de cette inconnue. Quoiqu'elle décide d'en faire, j'espère juste ne pas souffrir. Je me décide de prendre la parole envers ma salvatrice d'une voix basse, timide, hésitante, enrouée, brisée :

- Je... M-Merci... Madame...

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 20
Localisation RP : Zone neutre

Profil
Points de Puissance :
3620/3750  (3620/3750)
Skittles : 145
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Sam 6 Aoû - 20:34

Elle semblait se réveiller petit à petit, elle regardait le feu, moi, je la regardais. Nargi ouvrait un œil pour la regarder en profitant de la chaleur des flammes. Un silence planait dans l'air, enfin jusqu'à ce qu'elle le brise, en me remerciant et m'appelant même "madame". Je soupirais, toutes ces marques de politesse... Sont tellement inutiles, ne donnant que plus de satisfaction aux puissants du monde.

"Je m'appelle Xenosia, pas madame. Ensuite, pour t'être retrouvée dans ces contrées dangereuses, sans rien pour te couvrir, c'est que tu dois être arrivée sur ce monde récemment, et je ne pense pas me tromper en disant cela."

Je soupirais, ce que j'allais dire, je l'avais déjà dit quelques fois, expliquer le fonctionnement de ce monde... Enfin bon... Elle venait d'arriver, peut-être pourrait-elle rejoindre mes projets, la plupart de ceux arrivant ici sont doués de capacités hors du commun des hommes. Peut-être qu'elle aussi, et puis... Si jamais ce n'était pas le cas, je l’entraînerais, mieux qu'Akira qui avait déjà des notions. Cela ne pouvait que renforcer ce que je voulais créer.

"Enfin bon, je vais la faire courte. Tu es ici sur Horizon, certains disent qu'un dieu nous a amenés ici, c'est une possibilité que je n'exclus pas même si je pense que c'est le destin qui nous à fait venir. Sur ce monde, il existe quatre factions principales, les Gardiens, qui veulent défendre ce monde contre les Conquérants, les Vertueux qui veulent rentrer sur leurs mondes d'origines et les Exaltés qui veulent rester ici en vivant paisiblement. Moi, je veux créer ma faction pour changer l'ordre de ce monde, les guerres... N'ont que trop durer, et je pense que c'est le cas sur chaque monde."

J'ouvrais ma besace, cherchant au fond de celle-ci de la viande, congelée par le froid. J'en sortais deux rations, les plaçant près du feu pour les décongeler. Il ne fallait pas marcher la nuit dans ces contrées, alors je passerais la nuit ici, si elle voulait rester, elle le pouvait, sinon elle pouvait aussi aller, se faire, tuer dehors, que ce soit par le froid ou par les bêtes sauvages. Je la laissais assimiler ces informations avant de reprendre avec un ton toujours aussi monotone.

"Sache une chose. Je ne t'ai pas sauvée par pitié, mais plutôt, car je pense que ce monde est là pour nous donner une seconde chance de vivre, et il aurait été dommage que tu n'aies pu profiter de cette chance en mourant de froid. Pour me remercier... Parle-moi de toi et de ton monde. Et je te rassure, je ne t'ai pas sauvée pour te tuer par la suite."

Nargi s'étirait avant de se lever, de faire un tour sur lui-même pour se rallonger au même endroit. De toute façon, il se réveillerait certainement en sentant l'odeur de la viande décongelée. JE tendais une jambe en direction du feu, repliant l'autre vers moi en posant mon coude sur mon genou, l'autre main étant au sol pour me maintenir droite en face de la jeune fille.

_________________
Nargi (familier):
 

La mort... ? je l'ai affronter, et suis devenue son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Lun 8 Aoû - 1:53

Le froid apporte la mort

Je fixe les flammes, préférant me concentrer sur ça que sur l'ambiance glauque de cette grotte. Peut-être qu'elle est plus grande qu'elle n'y parait. Qu'elle se prolonge dans les profondeurs et que d'atroce créature y vive. Un frisson d'effroi me parcourt. Je ne devrais pas penser à ça, mais c'est exactement ce moment que choisi la petite masse sombre prête du feu pour attirer mon attention. Mon corps pelotonné dans cette épaisse peau animal se figent et mes yeux s'écarquillent. Un Dragon, bon, un bébé, mais un dragon. Est-ce son ami ? Son animal de compagnie ? Est-il dangereux ? Je fais peut-être office de futur repas pour cette créature... Mon corps recommence à s'agiter sous la terreur que me procure cet animal mythique lorsque l'écho de ma salvatrice résonne dans la caverne, me faisant sursauter.

- Je m'appelle Xenosia, pas madame. Ensuite, pour t'être retrouvée dans ces contrées dangereuses, sans rien pour te couvrir, c'est que tu dois être arrivée sur ce monde récemment, et je ne pense pas me tromper en disant cela.


Je me contente d'approuver d'un signe de tête, préférant m'abstenir de parler pour le moment. Elle est cordiale, peut-être pas méchante, mais froide sans nul doute. Est-ce que c'était son destin de me sauver ou ai-je eu seulement de la chance ? De la chance ou de la malchance selon la façon dont les choses vont se dérouler...

- Enfin bon, je vais la faire courte. Tu es ici sur Horizon, certains disent qu'un dieu nous a amenés ici, c'est une possibilité que je n'exclus pas même si je pense que c'est le destin qui nous à fait venir. Sur ce monde, il existe quatre factions principales, les Gardiens, qui veulent défendre ce monde contre les Conquérants, les Vertueux qui veulent rentrer sur leurs mondes d'origines et les Exaltés qui veulent rester ici en vivant paisiblement. Moi, je veux créer ma faction pour changer l'ordre de ce monde, les guerres... N'ont que trop durer, et je pense que c'est le cas sur chaque monde.


Cela fait un peu trop d'informations d'un coup. J'ai tourné mon visage vers elle, mais n'osant pas la fixer, mon regard est rivé au sol. Je n'ai pas vraiment la tête à parler politique alors que mon ventre cri famine et ça ne m'a jamais vraiment intéressé. Je me demande tout de même brièvement si un nouveau clan est instauré, de nouveaux conflits ne risquent-ils pas de naître ? Mon estomac gonde lorsqu'elle sort de son sac un morceau de viande qu'elle pose près du feu. Mon visage grimace quant à lui. Cela fait des années que je n'ai pas mangé de viande, par choix. Mon palais et mon métabolisme vont-ils le supporter ? Je n'ai pas vraiment le choix si je veux regagner des forces. Mais pourquoi le voudrais-je après tout ? J'étais prête à mourir...

- Sache une chose. Je ne t'ai pas sauvée par pitié, mais plutôt, car je pense que ce monde est là pour nous donner une seconde chance de vivre, et il aurait été dommage que tu n'aies pu profiter de cette chance en mourant de froid. Pour me remercier... Parle-moi de toi et de ton monde. Et je te rassure, je ne t'ai pas sauvée pour te tuer par la suite.


J'écoute ses paroles sans un mot, mon regard sombre, souligné de cernes, de nouveau rivé vers le sol. Sa façon de voir les choses est peut-être bonne. Peut-être noble. J'aimerais qu'elle ait raison et que ce monde m'offre une chance de trouver le bonheur, mais pour cela, il faudrait que je le mérite, je suppose. Je ne suis pas sûre de le mériter... Je me crispe un peu quand elle me demande de prendre la parole. Je panique légèrement et relève brièvement mon regard vers son visage masqué. Je ne sais pas vraiment quoi dire... Je vis dedans et le subit sans vraiment le comprendre. Après de longues minutes de silence, je le romps enfin d'une voix hésitante :  

- E-Eh bien... Mon monde est... Surpeuplé par les humains. I-Ils ont pris le pas sur la nature et... La détruisent... Ils se manipulent entre eux pour se faire des guerres... Ils sont néfastes... Mauvais... Tout est une question d'argent … Nous ne sommes que des consommateur programmé à acheter... Ce monde m'a prit tout ce que j'aimais... Je le déteste...


Et voilà, ce venin que je renferme depuis si longtemps et qui me détruit de l'intérieur. Plus mes mots sortaient, plus mon corps tremblait et mes larmes coulaient. Toute cette haine qui vient de sortir, comme expulsé par mes pleurs. Je me roule un peu plus en boule, cachant mon visage dans mes genoux. Je ne me suis jamais sentie à ma place nulle part. Mon cœur me fait mal dans ma poitrine. Je voudrais pouvoir être assez forte pour supporter tout cela, mais je craque au bout de quelques minutes devant une parfaite inconnue qui vient de me sauver la vie. Je prends le temps de me calmer et respire lentement, essuyant mes joues humides et cachant un peu plus mon visage derrière mon épaisse chevelure sombre, honteuse. J'ajoute timidement sans oser bouger :

- Je... Je suis Polymede Berenice...

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 20
Localisation RP : Zone neutre

Profil
Points de Puissance :
3620/3750  (3620/3750)
Skittles : 145
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Lun 8 Aoû - 2:39

Je l'écoutais parler, un monde ou les humains dominent... Et détruisent évidemment. Elle pleurait, devant moi, une parfaite inconnue masquée. Il semblerait qu'elle n'ai plus rien, et qu'elle ne veuille plus s'accrocher à rien. J'attendais qu'elle se reprenne, elle s’appelait Polymede donc. Un nom que je n'avais jamais entendu à vrai dire. Je réfléchissais, si je pouvais en faire une alliée, je n'aurais rien à perdre après tout... J'étais comme elle au départ. Et a présent, je suis une tueuse, pourquoi pas elle ? Si elle n'avait plus rien sur son monde, ici, elle trouverait quelque chose à laquelle tenir.

"Je peux te donner une raison de vivre. Aide-moi, à faire en sorte que ce monde n'ai plus de guerres, aides moi, à le faire devenir différents du tien, qu'il quitte le même chemin. Je t'apprendrais à te défendre, à survivre, à vivre."

La viande commençait à cuire sous la chaleur des flammes. Je la regardais toujours, sans détourner le regard. Si elle était comme moi, je pouvais savoir ce qu'elle ressentait. Elle avait besoin de quelqu'un pour l'aider, moi, j'ai eu Gwenaël. Je regardais le plafond de la grotte, pensive, pendant de longues secondes avant de finalement retirer ma capuche et mon masque dévoilant mon visage, et par la même ma nature elfique.

"Après le long moment que j'ai passé sur mon monde, j'ai appris que chacun était différent, et que ma race, sur certains, n'étaient que des légendes. Alors autant être franche si tu acceptes de me rejoindre. Si tu acceptes, je t'apprendrai à avoir confiance en toi, à te défendre."

Mon projet se mettait en place, après Maria, Viendrait certainement cette jeune fille, puis d'autres viendront, mais pour le moment, je dois m'aider de Krome, de la réputation que j'obtiendrais dans cette région pour trouver des personnes dignes de confiance pour se battre à mes côtés. Nargi s'étirait à nouveau, mais cette fois-ci, s'approchait prudemment de la jeune fille, arrivant auprès d'elle pour la renifler avant de finalement s'installer à côté d'elle.

"Si je peux te rassurer, il ne devrait pas te faire de mal, ce Wyvern, étrangement, m'écoute et m'accompagne."


La viande finissait de cuire, laissant une douce odeur de viande cuite envahir la grotte éclairée par la lueur dansante des flammes sur la roche. Cette lueur se reflétait légèrement sur mon armure. Je me levais, laissant ma besace sur place en me dirigeant vers la sortie de la grotte. Je sortais la tête, regardant les alentours malgré le vent qui soufflait assez fort sur les plaines glacées. Après quelques secondes, je revenais me mettre auprès du feu, m'y réchauffant en regardant la jeune fille.

_________________
Nargi (familier):
 

La mort... ? je l'ai affronter, et suis devenue son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Dim 28 Aoû - 17:18

Le froid apporte la mort

Le silence résonne de nouveau après que mon écho se soit tus. Seul le crépitement des flammes et nos trois respirations l'accompagnent. Avoir parlé de tout ça m'a évidemment fait penser à ma sœur, au vide que son absence à créer en moi, comme si une brèche s'était ouverte, me séparant du reste du monde. Puis évidemment, ça me fait penser à la raison de ma présence ici, sur ces terres glaciales et désertiques, mais il est bien trop tôt pour que j'en parle, la douleur est trop présente et dans tous les cas, je doute que ça ne l'intéresse. Cette femme mystérieuse à l'armure mystique, au ton froid, mais qui ne semble cependant pas dénué de bonté.

- Je peux te donner une raison de vivre. Aide-moi, à faire en sorte que ce monde n'ai plus de guerres, aides moi, à le faire devenir différents du tien, qu'il quitte le même chemin. Je t'apprendrais à te défendre, à survivre, à vivre.


Je relève mon visage vers elle, emplis de surprise. Plus de crainte, plus de doute, plus de tristesses, juste de la surprise pendant quelques secondes. J'ai presque réussi à y croire. Mes yeux se baissent de nouveau vers le sol. Elle ne me connaît pas, elle va vite en avoir marre de moi. Je serai un poids pour elle. Je suis Polymede. Polymede Bérénice, la bonne a rien, celle qui casse tout. Même quand je donne le meilleur de moi-même, je ne suis pas capable de réussir quoi que ce soit... J'ai conscience que si je pense ainsi, je ne saisirai jamais cette seconde chance qui s'offre à moi. J'étais une erreur dans mon mode, je le suis sûrement toujours ici, alors c'est peut-être à moi de changer pour être accepté. Mais ce n'est pas facile de changer, j'ai déjà essayé par le passé, mais j'étais seule alors qu'aujourd'hui, cette femme me tend la main. Elle veut m'aider, moi. Elle croit en moi. Quelqu'un croit en moi... Je baisse la tête, espérant masquer de nouvelles larmes lorsqu'un bruissement se fait entendre.

L'odeur de la viande grillée embaume la grotte faisant crier mon ventre, mais autre chose accapare mon attention. Les yeux rivés sur Xénosia, je la dévisage, surprise. Une Elfe... C'est une Elfe ! Sa peau est basané, ses oreilles pointues et ses traits longs et des pommettes marquées. Une vraie Elfe, semblable à une Elfe des bois. Cicatrice et tatouage recouvrent son visage aux traits fins et tirés. Je ne devrais peut-être pas être surprise, une faille transdimentionnelle et un jeune dragon devraient être plus impressionnant qu'une Elfette, et pourtant je ne peux pas faire comme si de rien n'était. Ce monde sans joie que j'ai quitté me semble tellement plus fade maintenant. Je ressens, comme une explosion de pensées et de sentiments, comme si jusqu'à présent la noirceur de mes pensées m'empêchaient de réaliser ce que je vivais et que le voile obscur venait de se lever. C'est comme de goûter un plat étranger alors qu'une multitude de nouvelles saveurs explosent sous notre palais en nous faisant frémir... Mais en mille fois mieux. Je pétille de curiosité, j'aurai tant de questions à lui poser. Mes dents et ma timidité crochètes me lèvres alors que mon cœur bondit d'impatience. Je ne devrais peut-être pas avoir l'ombre de se sourire sur mon visage, Xenosia semble tellement sérieuse, mais ça fait si longtemps que je n'ai pas souris. Sa voix froide me rappelle à l'ordre et même si je parviens à me calmer en apparence, ses paroles me gonflent d'un nouvel espoir.  

- Après le long moment que j'ai passé sur mon monde, j'ai appris que chacun était différent, et que ma race, sur certains, n'étaient que des légendes. Alors autant être franche si tu acceptes de me rejoindre. Si tu acceptes, je t'apprendrai à avoir confiance en toi, à te défendre.


Je l'écoute attentivement placer ses attentes en moi. Je veux cette nouvelle chance, je la veux maintenant, je ne la mérite peut-être pas, mais je ferais mon possible pour l'avoir mérité. Je ne sais pas si j'en suis capable, peut-être que je la gâcherais, j'ai toujours tendance à tout gâcher. Mais je veux essayer quand même. Je ne veux pas la décevoir. Je ne serai jamais une grande guerrière et je ne serais jamais capable de porter une armure qui semble si lourde que la sienne, mais je peux être autre chose, je peux être moi et je pense que c'est un bon début. Mon monde m'abandonne, le nouveau me tend les bras. Une nouvelle chance. Mais en m'attachant à cet espoir, à cette femme, je risque de la perdre et de souffrir comme j'ai souffert de la perte de ma sœur. Est-ce une si bonne idée du coup ?

Cachant mon visage dans mes mains, je ne sais plus quoi penser. J'ai besoin de me calmer et de réfléchir, mais les évènements actuels ne me poussent pas à l'apaisement. Je reste silencieuse, essayant de respirer calmement alors que quelque chose m'effleure très légèrement. En un sursaut, je redresse la tête et regarde la créature, surprise et impressionnée. Elle me renifle avant de s'installer à mes côtés, comme si elle avait accepté ma présence. Hésitante, je tends une main tremblante vers sa peau couverte d'écaille, mais la voix de l'Elfe me prend par surprise et me fait raviser mon geste.  

- Si je peux te rassurer, il ne devrait pas te faire de mal, ce Wyvern, étrangement, m'écoute et m'accompagne.


Un Wyvern... Oui, c'est vrai, il n'a que deux pattes. Je regarde le feu nuancer ses écailles de traits dorés lorsque Xenosia se lève. Je regarde de nouveau le sol en me recroquevillant un peu sur moi-même par... Réflexe de survie, je dirais. Réflexe un peu stupide ceci dit. Elle me dépasse pour s'approcher de la sortie de notre refuge rudimentaire. Peut-être qu'elle veut me laisser un peu seul pour que je puisse me détendre et réfléchir tranquillement, ou alors elle vérifie sûrement le temps pour savoir quand nous pourrons quitter cet endroit. Elle revient au bout de quelques secondes et je sens le poids de son regard, comme si elle attendait une réponse. Je n'ai jamais été particulièrement bavarde, j'ai toujours eu peur de prendre la parole en public et je ne réponds pas aux inconnus dans la rue. Je dois parler pour une sale gosse malpolie maintenant que j'y pense... Je lève un regard hésitant et intimidé vers elle en baragouinant :

- Je... Je vous remercie de tout ce que vous faites pour moi et... J'essaierai de ne pas vous décevoir.


Tant de choses à dire, mais si peu de mots qui sortent. Je mordille ma lèvre inférieure alors que mon attention se porte sur la pointe de mes cheveux encore humides. J'aimerais la remercier, lui montrer ma gratitude, répondre à ce que je prends comme des encouragements, mais je n'y arrive pas. Puis, je ne suis pas du genre à aimer les longs discourt alors je me contenterais de faire de mon mieux en espérant que ça suffise à la remercier assez. Mon regard se pose sur le bout de viande qui me ferait presque saliver, même si je garde une préférence pour les légumes et les fruits, mais quand on a faim, on mange ce que l'on a. Je la regarde à nouveau sans oser demander si l'on pouvait enfin manger.  

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 20
Localisation RP : Zone neutre

Profil
Points de Puissance :
3620/3750  (3620/3750)
Skittles : 145
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Mar 30 Aoû - 19:12

Elle hésitait, assurément. Même si au final, elle me remerciait en me vouvoyant... J'aurais certainement quelques règles à appliquer étant donné qu'elle acceptait de me suivre, et pour cela, je devrais la préparer. Je lui avais donné de l'espoir, encore fallait-il qu'elle le veuille vraiment. Je n'étais certainement pas la plus tendre des personnes à l'entraînement, mais au moins elle serait prête. Il lui fallait au moins une arme si elle ne maîtrisait pas la magie. Je soupirais en ramenant un genou contre moi, posant mon coude dessus.

"Si tu veux me suivre, il te faudra une arme, avec toutes celles qui existe, je ne peux que t'en laisser le choix, pour la protection... Fait comme tu veux. Juste il ne faut pas qu'elle entrave tes mouvements."

Je cherchais dans ma besace une bourse pour la lancer devant elle, entre ses pieds et le feu.

"Je voudrais juste que tu respectes quelque chose. Ne me vouvoye pas, nous ne sommes que des mortels, autant que les animaux. Pour ce qui est de t'entraîner, habitue-toi à ce monde, à ses habitants puis rejoint moi dans la région de Krome, plus précisément dans la zone des bâtiments abandonnés. Je saurais te trouver quand tu sera arrivée. Et si tu le veux bien, Polymède, mangeons."

Je tendais la main, paume vers le plafond de la grotte vers l'un des deux morceaux de viande cuit à point, l'invitant ainsi à prendre le morceau alors que Nargi s'approchait de moi. Avec mon autre main, je fouillais dans mon sac pour prendre un morceau de viande crue, le laissant la prendre dans sa bouche pour la tirer au fond de la grotte pour manger calmement. Ensuite, je prenais l'autre morceau de viande, croquant à pleines dents pour me délecter de cette nourriture. Je finissais une bouchée avant de reprendre la parole

"Autant te prévenir, je ne serais pas tendre, ce n'est pas dans mes habitudes, tu tomberas de fatigue avant que je n'arrête."

Certes, cela pourrait la décourager, mais autant qu'elle sache dans quoi elle s'embarquait. Enfin bon, après cette rencontre, je en rentrerais directement... Je n'avais pas grand chose de plus à faire à Celestii, j'avais perdu ma cible pour sauver cette jeune fille, mais au moins j'avais trouvé une nouvelle alliée... Elle devrait encore tout apprendre, mais sur ce monde... Tout le monde peut changer de vie.

_________________
Nargi (familier):
 

La mort... ? je l'ai affronter, et suis devenue son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Mer 7 Sep - 16:31

Le froid apporte la mort

Une bourse de cuir fermée par un lacet s'écrase à mes pieds dans un tintement assourdissant. Je regarde mon interlocutrice un peu surprise avant de m'en emparer d'une main hésitante. Je fais glisser le lacet entre mes doigts et la bourse s'ouvre dans mes mains. Elle contient une certaine quantité de pièce dorée dont je ne connais pas encore vraiment la valeur. Je prends quelques pièces en main et les regarde un peu. Chaque rondelle d'or est différente, comme si elles étaient forgées et frappées à la main ce qui doit être certainement le cas après tout. Certaines semblent presque neuves, d'autres sont cabossées, des pièces d'or comme dans les jeux vidéos, j'aime le principe. Est-ce la monnaie commune à tout Horizon ? Je joue avec les pièces, gardant mon regard rivé dessus alors que mon interlocutrice ne tarit pas de mots :

- Si tu veux me suivre, il te faudra une arme, avec toutes celles qui existe, je ne peux que t'en laisser le choix, pour la protection... Fait comme tu veux. Juste il ne faut pas qu'elle entrave tes mouvements. Je voudrais juste que tu respectes quelque chose. Ne me vouvoye pas, nous ne sommes que des mortels, autant que les animaux. Pour ce qui est de t'entraîner, habitue-toi à ce monde, à ses habitants puis rejoint moi dans la région de Krome, plus précisément dans la zone des bâtiments abandonnés. Je saurais te trouver quand tu sera arrivée. Et si tu le veux bien, Polymède, mangeons.


Cela fait pas mal de choses à assimiler d'un coup. Une arme ? Je risquerais de me blesser ou pire de blesser quelqu'un. Je ne suis pas vraiment une personne très adroite, je suis même plutôt un danger public alors l'idée de me servir d'une arme me rebute un peu. Mais comment je pourrais suivre son enseignement si je m'oppose même au fait d'apprendre à utiliser une arme ? Quand elle parle de protection, je suppose qu'il s'agit d'une armure. Je ne serai jamais capable de porter une armure, je ne suis pas assez forte. Trop faible. Mais peut-être que quelques renforcements en cuir à des endroits stratégiques sur mes vêtements seraient suffisants. Je reste pensive quelques secondes, essayant de déterminer quel genre d'armes ou de protections pourrait me convenir sans parvenir vraiment à me fixer. Je glisse les pièces dans la bourse et le referme pour la glisser dans ma poche, attachant tout de même le lacet à la hanse de mon jean au cas où je la ferais tomber.

Je relève ma tête vers elle à ses consignes suivantes, comprenant qu'elle va me laisser toute seule. Je panique un peu. Est-ce que je vais m'en sortir ? Je suppose que dans tous les cas, elle ne va pas partir sans me donner des indications ou instructions... Mais et si je fais une mauvaise rencontre ? Je préférerais qu'elle me prenne avec elle, même si elle est froide, même si elle est stricte, mais je suppose qu'elle a des affaires à régler auxquelles elle ne peut pas me mêler. Peut-être même que c'est dangereux... Voilà que je commence à craindre pour la vie de Xenosia et si elle ne me revient pas, qu'est-ce que je vais devenir ? Sans son aide, je ne m'en serais pas sortie et j'ai l'impression que sans son enseignement, je serais condamnée.

L'Elfe tend sa main vers moi comme pour m'inviter à prendre ma part de pitance. Je m'approche un peu sans me lever, trainant mes fesses engourdies sur le sol gelé en gardant tout de même une distance de sécurité avec le feu pour ne pas me brûler. J'hésite un peu et la regarde fouiller dans son sac pour nourrir sa bête avant qu'elle ne commence elle-même a mangé. Décidant de l'imiter, je prends la viande dégoulinante de jus poisseux dans mes mains. Je croque dedans du bout des dents et tire dessus pour arracher un petit morceau que je mâche longuement avant d'avaler. La viande est dure, nerveuse, elle doit provenir d'un animal sauvage et je suppose qu'elle l'a chassé elle-même. Je croque une nouvelle bouchée en pensant à l'agonie de l'animal et grimace un peu. Combien de temps cette pauvre bête a dû souffrir pour me nourrir ? Je ne dois pas gaspiller. Je croque à nouveau, le sang jute sur mes vêtements et dégouline dans mon cou. « Imagine que c'est une pêche bien mûre et bien sucrée ». J'adore les pêches, ça fait longtemps que je n'en ai pas mangé. Je croque à nouveau.

J'ai l'impression que mon exercice de mastication a duré un demi-siècle, mais voilà mon repas enfin engloutis. Je me sens lourde, ballonnée, je mange peu en général et jamais de viande. Je n'aurais peut-être pas dû terminer ma portion, mais je me serais sentie trop mal pour le pauvre gibier... J'essuie mes mains poisseuses dans la peau de bête, quelques poils se collent à mes doigts que je secoue un peu pour les en libérer avant d'essuyer ma bouche sur ma manche d'un revers de poignet. C'est à ce moment du repas que mon interlocutrice reprend la parole :

- Autant te prévenir, je ne serais pas tendre, ce n'est pas dans mes habitudes, tu tomberas de fatigue avant que je n'arrête.


-  A-Alors je me relèverais... Autant qu'il le faudra... 


Ma voix est faible, hésitante, tremblante, en totale contradiction avec la volonté, la confiance et la détermination que portent ces mots, mais je le pense. J'espère y arriver, j'aimerais y arriver, je vais essayer d'y arriver. Mais j'ai peur, peur de ce qu'elle veut me demander. Ai-je raison de lui faire confiance ? Elle va peut-être profiter de moi d'une quelconque façon que ce soit... Mais c'est comme si avaler ce morceau de viande horrible avait allumer une petite flamme en moi. Je ne pensais pas que je l'aurais fait, mais je l'avais fait, comme la première épreuve d'une longue série à venir. Avant ça, elle me laissait tout de même le temps. Le temps de me préparer aussi bien physiquement que mentalement et d'être sûre de mon choix. Je n'étais pas obligée d'aller à... Chrome ? Et même si j'y allais, je n'étais pas obligée de la retrouver ou d'accepter. J'avais le choix, le choix du chemin que je voulais prendre pour ma nouvelle vie. Mais je veux changer et je sais que cette femme peut me changer.

(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 363
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 20
Localisation RP : Zone neutre

Profil
Points de Puissance :
3620/3750  (3620/3750)
Skittles : 145
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   Mar 13 Sep - 23:07

Elle semblait déterminée si l'on exclut la voix tremblotante avec laquelle ses mots sortaient. Mais les mots ne sortent pas sans une part de vérité, hormis si le mensonge est voulu, mais elle n'avait aucune raison de mentir en disant cela. Peut-être que je lui faisais peur au point qu'elle veuille mentir pour ne pas que je la tue... Je n'en avais aucunement l'attention donc cela aurait été d'autant plus inutile et frustrant.

Après avoir fini mon morceau de viande, je remettais mon masque en la détaillant. Elle devait être une personne assez introvertie et perdue dans son monde natal. Je récupérais mon arc, en la regardant. Il était temps de nous dire au revoir, je n'étais pas non plus douée pour ceci, donc... Autant dire ce qui me passe par la tête sur le moment.

"Je te laisse le feu. Je dois rentrer."

Je me levais, suivis par le Wyvern quelques secondes après, je sortais la tête hors de la grotte pour vérifier notre position approximative, grâce au paysage et à la courbe de l'arc solaire. Par la suite, je regardais la jeune femme, enfin Polymède plutôt, continuant de parler avec une voix monotone.

"Par là, tu trouveras une ville. Je t'attendrais à Krome, ne tarde pas trop."

Il semblait clair que je lui avais redonné de l'espoir, cette chose que j'ai perdue en ne pouvant plus me venger de la destruction de mon village. Je pointais les différentes directions tour à tour pour lui indiquer la route. J'avais certainement perdu ma cible, mais au moins j'avais gagné une apprentie, j'espérais qu'elle s'en montrerait digne en travaillant dur. Le temps semblait s'être un peu calmé, le vent avait grandement diminué et quelques flocons tombaient encore sur l'épaisse couche de neige fraiche.

"Garde la peau, elle te tiendra au chaud."

Sur ces mots, je me retournais en sortant de la grotte, Nargi se trouvant sur mon épaule pour éviter qu'il ne s'enfonce dans la neige. Derrière moi traînait des traces de pas, qui pointais la direction de Krome...

_________________
Nargi (familier):
 

La mort... ? je l'ai affronter, et suis devenue son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le froid apporte la mort [Xenosia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le froid apporte la mort [Xenosia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horizon RP :: Horizon :: Celestii :: Montagnes Sētō-