ANNONCE IMPORTANTE DANS LES MISES A JOUR ET ANNONCES.

Partagez | 
 

 La bouteille de trop! { PV Maria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: La bouteille de trop! { PV Maria   Sam 20 Aoû - 7:02



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

L
es rayons du soleil entre doucement dans la pièce et les oiseaux commencent à chantonner à l'extérieur. Il est relativement tôt sur les terres de Viridia et lentement les gens commencent à sortir de leur trou, sauf pour une fois Stan. Il ronfle encore dans une chambre, dans un bordel monstre enterrer sous une traînée de bouteille qui sont un peu partout dans la pièce. Pour être sincère, il ronflait tellement fort qu'il n'aurait pas été difficile pour les passants de l'entendre depuis sa chambre. Ce qu'on peut donc en conclure c'est qu'une soirée arrosée avait eu lieux, seulement pour le reste il faudrait attendre d'être lever pour se remémorer. Alors qu'il ne s'y attends pas, le service aux chambres cogne d'abord une fois, puis une seconde et remarquant qu'il y à aucune réponse mentionne qu'il va repasser plus tard. Ce petit son aiguë, cette sensation de tournis, quelle est ce retour à la réalité dans ce corps de mortel!

Difficilement, Stan ouvre un œil et frôle de crier tellement les rayons du soleil sont aveuglant. Il ouvre l'autre œil et en soupirant il glisse sa mains sur son front. Quel genre de soirée mérite d'avoir bus autant d'alcool et pourquoi il s'est retrouver dans une chambre d'hôtel alors qu'il dors généralement n'importe où. Il tourne doucement la tête qui est si lourde et remarque en boule ses vêtements et sa faux qui traîne au sol comme-ci elle à été lancer. Ma parole, Stan est nu, il soulève doucement la couverture pour vérifier et ses yeux s'agrandissent au points de presque sortir de leur orbites.

Qu'est-ce que le maître des enfer fais nus dans une chambre, tout ceci deviens de plus en plus étrange. Plus il tente de raisonner par contre et plus la migraine s'intensifie, chose qui n'est causer que par le trop d'alcool dans son système. Croire qu'il peut se prendre des attaques intenses, résister à des coups d'épée ou d'armes, mais qu'il ne peut pas soutenir autant d'alcool par son abstinence à si long termes. Il sent quelque chose bouger sous les draps, il à peur de regarder, qu'est-ce que cela peut bien être, un larbin oublier?

Un lambda récupérer ou peut-être même une fille de joie qui l'a suivie et qui va demander son petit lot d'argent! N'ayant pas le choix, il doit vérifier et ne s'en sens pas capable ayant sérieusement peur du genre de connerie qu'il à pût rencontrer la nuit derrière. De dos il reconnaît bel et bien une paire de fesse sous les draps et l'autre est également nue, pourquoi ne pas profiter dans ce cas d'un peu de chaleur et de simplement venir se blottir contre elle avant qu'elle ne se réveille plus sous l'effet de l'alcool et qu'elle le repousse. Il vient doucement enlacer avec les yeux semi-clos la personne qui partage son lit en entourant doucement son ventre. Il reconnaît cette odeur, il l'a déjà sentit auparavant, un parfum qui lui rappelle la maison, la liberté, la guerre... Maria? Il ouvre doucement un œil et est certains que c'est elle qui est allonger à ses côté, seulement, lorsqu'il vient caresser sa peau pour la réveiller doucement, il réalise que là où sa poitrine devrait être, il n'y à rien!?

D'un coup, Stan ouvre les yeux et soulève de nouveau la couverture pour bien remarquer... Qu'il est en présence d'un homme sous les même draps que lui! Subitement le drame l'emporte et il ignore ce qui est le plus intelligent comme réaction, réveiller l'inconnu ou tenter la fuite! La mort est tellement en choque qu'elle tente de reprendre ses esprits et ne trouve rien de mieux à faire que d'imploser et de sortir cet inconnus de son lit! Après tout, s'il ne dort plus pourquoi elle devrait plus dormir que lui! Il glissa donc sa mains dans son uniforme qui traînait contre le sol et récupéra lentement son épée sans trop faire de bruit, la dégainant très doucement pour ensuite s'approcher de l'homme.

Il ne connaissait pas le fond de cette histoire, mais vus comment il se sentait, assurément quelque chose c'était produit dans cette chambre et cet homme saurait précisément comment Stan s'appelait en lui retirant la vie si l'explication n'était pas suffisante pour lui. Des brides de mémoire lui revenait doucement où il marchait dans un bar, la pluie était intense et il avait une envie de boire un verre pour changer de ses nuits solitaire. Il s'était donc diriger dans un bar assez miteux d'apparence, mais qui semblait assez occuper pour se joindre aux gens et simplement déguster tranquillement une bonne bouteille de vodka ou toute alcool ressemblant.

Il se tenait la tête puisqu'il essayait de se rappeler et plus il forçait pour se souvenir, plus il oubliait. Quelle frustration. Il vit que l'homme se tourna doucement sur le dos et profita de ce petit moment pour enfiler doucement ses sous-vêtement, histoire d'avoir quand même un minimum de crédibilité et de grimper sur lui, assied contre son torse, la lame doucement glisser sous son cou, prêt à lui trancher la tête! Il voyait que l'homme ouvrait enfin les yeux et gardait un sourire sauvage afficher, c'était le parfait moment pour lui faire comprendre qu'il n'était pas tomber dans son jeu et qu'il en profiterait pour lui trancher la tête au moindre geste.

-Écoute moi bien... J'ignore qui tu es.... Comment tu t'es retrouver dans mon lit, mais je veux des explication, quitte à ce que tu sois bon menteur. Je n'ai pas héberger d'homme dans mon lit en 300 ans de vie, alors n'essaie pas de me dire que subitement j'ai changer de camps l'ami sans quoi je jure que cette tête va rouler contre ce sol et...

Un moment de distraction où il remarque les morceaux de vêtements au sol qui appartiennent à Maria, est-ce qu'il l'a kidnapper? Quelle est cette mise en scène de mauvais goûts! Il grogne de plus en plus fort en cherchant une logique et cette migraine qui ralentis le flux de ses pensées commence sérieusement à lui taper sur les nerfs!

-JE TE LE JURE, JE RECONNAIS SES VÊTEMENTS ET TU SENS COMME ELLE. Où est Maria. Parle ou je te coupe ta sale tête!! Il n'y à pas intérêt à ce que tu ai fais mal à cette demoiselle espèce de faible mortel!

Stan gardais la poigne contre sa lame si serrer qu'il suffirait d'une seconde pour lui trancher la tête.  
WILDBIRD
 

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 20
Localisation RP : .

Profil
Points de Puissance :
1253/3000  (1253/3000)
Skittles : 26
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Sam 20 Aoû - 20:43


     
     
Scheiße !

     
Feat Maria et Stan

     
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.” -Yves Mirande


Confortablement allongé dans un lit, Mari... Oh tiens ? Il semblerait que durant son imperturbable sommeil, que la demoiselle avait perdu son apparence féminine pour celle un peu plus masculine. Un bien étrange phénomène qui arrive rarement... Ou en présence de salle ou la poussière n'a pa était fait durant une éternité.

Grace à la belle soirée plutôt bien arrosée d'hier, la surdose d'alcool ingurgité agit tel un immense somnifère sur l'ex-nation. Qui sait combien de temps celui-ci pouvait rester ainsi, jusqu'à ce qu'il daigne ouvrir les yeux ? Nul ne sait.... Et même si une quelconque personne connaissait assez bien la Prusse, cet être n'est pas sur ce monde.

Toutefois, même si le sommeil est l'un des meilleurs remèdes contre l'ivresse, cela n'empêche pas de faire des rêves. Certains ne possèdent pas de logique, d'autres, sont des évènements qui ne se sont jamais déroulés, mais qu'on aimerait bien vivre. Malheureusement, Gilbert ne faisait pas ce genre de rêve en ce moment... C'était juste un souvenir, un moment de sa vie, qui s'était transformé de victoire à défaite, gravé au fond de sa mémoire.

Le décor était entièrement blanc, évoquant la présence de la neige qui habitait les lieux depuis l'existence du petit pays qui sera bien, plus tard, énorme tout en faisant de la concurrence à Amérique. Car oui, le lieu ou se situer ce souvenir-rêve était belle et bien celui de la mère patrie...Mais dans un lointain passé.

À cette époque, le bonhomme que les autres nommés " Russie " étaient un simple petit garçon qui avait peur de son ombre et qui subissait avec beaucoup de mal le climat du pays. Le russe se trouvait de l'autre côté d'un lac gelé, tentant en vain de raisonner son adversaire têtu du moment : prusse.

Mais le têtu Prusse n'en fit qu'a ça tête et se mit à courir sur le lac gelé, qui se fissura sous ces pieds, engloutissant le petit être dans les eaux glacées...

Lentement, les yeux du royaume déchu s'ouvrirent, malgré la lumière du soleil fort désagréable qui l'obligea à faire plus attention à son environnement...Et au poids qu'il sentait sur lui, comme si quelqu'un s'était soudainement assis sur lui.

-SCHEIßKERL!

Certes, ce n'était pas très élégant, mais ce fut son premier mot à la vue de la lame posé contre son cou, promesse d'une mort rapide et...Non-douloureuse? Il n'était pas en bonne position pour tenter quoi que se soit,surtout avec l'esprit aussi embrouillé.

Dérangé par le drôle de mot allemand, le poussin jaune qui avait passé sa nuit sur la commode un peu plus,ne tarda pas à remarquer la scène...et à voler avec toute la vitesse qu'il posséder au secours de l'ex-ntaion. Le volatile tenta de donner des coups de bec dans le visage de son agresseur, aussi inutiles soit ils.

- DE QUOI EST-CE QUE TU PARLE? LE GENIAL MOI NE CONNAIT PAS DE MARIA....ET JE.NE.SUIS.PAS.FAIBLE. C'EST BIEN IMPRIMER DANS TA TETE? ! LE SEUL FAIBLE QUE JE VOIS C'EST UN LOOSER QUI ME MENACE A MON REVEIL AVEC UNE EPEE!

S'écria-t-il! Ah...Sa propre voix lui donnait mal au crâne, le comble! Et pourquoi il était nu? Et avec cet homme ? Trop de questions tourbillonné dans son cerveau qui lui-même n'arrivait pas à trier tout ce bazar.

Jusqu'à ce que le prussien arrive à donner un nom au bonhomme perché sur lui. Malheureusement, cette découverte ne fit qu'augmenter son incompréhension et sa colère. La Prusse se faisait une nouvelle fois dominée par un Russe. Encore.

- .....EST-CE QUE LE LOOSER DE RUSSE QUE TU EST PEUT DESCENDRE DE MA GENIALISSIME PERSONNE? CETTE POSITION EST UN PEU EMBARASSANTE!

Lâchant un soupir, l'albinos essayait de refflechir , mais les souvenirs d'hier soir lui échapper à chaque fois qu'il pensait en tenir un bout. C'était de la faute du russe, à n'en pas douter ! Ils sont tous fourbes... Et sans aucune pitié.

- STAN JE SUIS PRESQUE SUR QUE TU MA FAIT BOIRE DE TON INFECT VODKA POUR M'AVOIR DANS TON LIT SALE RUSSE! TU EST VRAIMENT AUSSI IDIOT QUE TON PAYS !

Tel pays...tel peuple, non?



     
© Le Docteur sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Lun 22 Aoû - 13:13



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

C
ette situation devenait simplement embarrassante, mais l'autrui semblait enfin daigner ouvrir un œil et il aurait ses réponses quitte à le torturer à coup de gifle en pleine poire comme ils le faisaient dans l'ancien monde. Cela-dit avant même qu'il ouvre la bouche pour dire quoi que ce soit après le cris bancale de l'homme, Stan fût absorber quelques instants dans ses mots en haussant lentement un sourcil, il connaissait cette langue, il savait que Maria la parlait! Et si cet homme l'avait... Mais qu'est-ce que... Pour bien déranger son raisonnement, de nul part un canari jaune sauta à la rescousse de son agresseur, lui picorant la tête. Dieu du ciel, quel réveil mérite plus d'être autant coordonner n'importe comment! Malgré l'ivresse qui emparait son corps, il mordus son pouce au sang et en envoya une goutte sur le sol, libérant Alpha, petit larbin au dos crochu qui eu droit dès l'entrer dans le monde des mortels à une scène assez étrange avec son maître dans une drôle de position.

Toutefois, il comprit assez rapidement la raison de sa venue et sauta, sans le blesser sur le dit canari qui s'en prenait à la migraine du Russe. Comme il allait reprendre la conversation où il l'avait laisser, son otage reprit la parole en citant des expressions tels que ''Génial moi'' ou encore ''Génialissime personne''. C'était donc ça, Stan avait ramener des morts quelqu'un de l'univers de Maria pour elle. Qui c'était, son petit amis? Son cousin détraquer qui aimais la chaude compagnie d'homme? Tentant de parler et à force que l'autre n'arrête pas de crier, il fût obliger de se mettre une mains sur la tête en soupirant et était à deux doigt de lui coller un pain en pleine tronche pour le faire taire.

De l'autre côté de la pièce, le larbin s'amusait à essayer de s'asseoir sur le canari en le surnommant petit poney jaune, ce qui créait réellement tout un boucan. Stan commençait sérieusement à avoir du mal à se concentrer sur une chose à la fois, mais les mots que lui hurlais à plein poumons son confrère slave il les compris à deux trois syllabes près. Surtout lorsqu'il appela Stan par son prénom et qu'il porta une accusation directe sur lui. Le Russe n'en pouvait plus, il lança son épée contre le sol, attrapa le premier oreiller qu'il trouva à sa disposition et dégageant ses mains, d'un coup sec et très violent il lui enfonça le visage dans l'oreiller en soupirant.

-Mais... TU VA ARRÊTER DE CRIER OUI!? Je t'avertis, je retire cet oreiller et si tu cries encore, je te le fais manger!

Sa tête tournait aussi violemment qu'à l'époque des voyages en bateaux ou encore des beuveries à n'en plus finir. Il retira l'oreiller, roula doucement dans le lit en se laissant retomber sur le matelas et se massa les tempes de douleur. L'unique raison de faire confiance à son amant, si on peut l'appeler ainsi c'est le fait qu'il semble tout autant perdus que lui dans cette position assez désinvolte. Il tenta de chercher une explication, un morceau de mémoire d'où exactement ce curieux personnage, mâle à la voix sérieusement agaçante aurait pût venir dans leur univers de un et surtout dans le lit du seigneur des enfers lui-même.

Qui que ce soit, il faudrait réellement dire à Maria que fréquenter des gens étranges comme ça à force, ça devait réellement la rendre folle. Il se tourna donc vers l'homme en essayant de se rappeler son visage du mieux qu'il était capable, malgré sa tête qui vibrait encore des cordes vocales très puissantes de son amant et voulait se souvenir, il devait se souvenir. Une autre bride lui traversa la tête où il vit entrer dans le bar à tout hasard quelqu'un dont il était heureux de voir... Incapable de se souvenir de qui se pouvait être... Peut-être un amis, peut-être Maria, peut-être simplement autre chose, comment le savoir!

-Tu m'a appeler Stan. Je comprends qu'on partage le même lit... nu. Mais en général les seules personnes qui me surnommes ainsi sont également connues par moi-même. Donc je vais tenter de raisonner calmement et je te préviens que si tu hurles de nouveau... Tu va manger à grande dents cet oreiller. Et crois moi... Je vais te le faire manger cette fois. Qui est-tu... Et comment tu t'es retrouver dans MON lit.

Une femme de ménage insistante? Difficile à dire, mais on cogna une nouvelle fois à la porte et Stan tourna la tête vers la porte pour la renvoyer, lorsque de sa douce voix, elle prononça très clairement et de façon assez compréhensible.

-Monsieur Gilbert, pouvons nous entrer pour venir changer les draps? Est-ce que vous et votre... Compagnons de chambre êtes....
-FOUTEZ LE CAMPS!!!!
-Quelle manière...


La femme de ménage sembla partir plus loin n'insistant pas, mais Stan revint tout de suite à la charge en regardant l'homme.

-Compagnon de chambre... C'EST TOI QUI M'A DROGUER! PARLES OU JE TE FAIS MANGER CET OREILLER PAR TOUT LES PAYS!

Il était sérieux cette fois. 
WILDBIRD
 

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 20
Localisation RP : .

Profil
Points de Puissance :
1253/3000  (1253/3000)
Skittles : 26
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Mar 23 Aoû - 19:30



Scheiße !

Feat Maria et Stan


“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.” -Yves Mirande


Le pauvre volatile jaune fluo n'avait pas encore compris le sort qui lui avait été destiné, en ayant tout simplement voulu défendre son propriétaire, le voila dans une situation fort embêtante dans laquelle il n'aurait jamais penser y être. En même temps, les poussins de son gabarit n'ont pas vraiment de pensées...à ceux demander s'ils usent parfois de leurs cerveau.

Afin d'attirer l'attention du prussien, le Gilbird ne tarda pas à piailler aussi fort qu'il pouvait. Bruit qui effectivement alerta l'ex-nation... Occupé avec un coussin enfoncé sur le visage. À trop crier, on finit toujours par se taire d'une manière ou d'une autre.

Pourtant, le russe ne tarda pas à retirer ledit oreiller de sa figure, le permettant à nouveau de respirer. Cela serait bien bête de mourir bêtement ettoufer, si le vieux Fritz serait vivant, il en aurait rit lui aussi...

Les yeux de Gilbert étaient rivés au plafond, écoutant à moitié ce que le grand-russe lui disait. Tout ceci ne faisait qu'empirer son mal de tête. Pourquoi Stan disait ne pas le connaitre ? C'était la chose la plus absurde qu'il n'avait jamais entendue.

Afin de fuir la gueulante, enfin, un Beilschmidt ne fuit JAMAIS surtout si la personne est un Russe, mais là...Il avait un autre problème à régler beaucoup plus urgent que tout ce charabia : son poussin était en proie à une drôle de bestiole qu'avait fait venir Stan.

Il n'en fallut pas plus pour que le royaume déchu se redresse et daigne sortir du lit, ne faisant pas attention aux vêtements féminins qui traînaient sur le sol. Par contre, il récupéra son fidèle fleuret et l'utilisa pour menacer le larbin du russe.

- Ôte tes sales pates de mon adorable et genialissime poussin ou tu aura affaire au grand Prusse !

Venant de la part d'un homme complétement nu, tenant mollement son arme...Ça avait l'air plus drôle qu'autre chose,malgré le sérieux que voulait avoir le jeune homme dans cette situation. Gilbert finit par remarquer son état juste après... Nu comme un ver, face à une des sujets du maître des enfers.

- Le génial moi c'est travesti? NEIN! C'est impossible! Encore une technique de lache pour me mettre mal à l'aise! Mais çe ne marchera pas !

Stan avait dû cacher ses vrais vêtements quelque part et penser le piéger en le forçant à se déguiser comme une fille....L'ex-nation soupira, franchement, les femmes sont des êtres faibles qui ne servent qu'a balayer ou à faire le ménage. Hongrie en est le parfait exemple, sauf que celle-ci avait tendance à le frapper avec une grande poêle.

L'ancien pays se tourna ensuite vers le russe, toujours allongé sur le lit. Celui-ci lui avait crié dessus avant, comme ci, c'était de sa faute tout ce remue-ménage. Gilbert se retient de lui lancer une méchante réflexion dans le style "et la chut de l'URSS c'est de ma faute peut-être?", mais il se souvint à la dernière minute que Stan n'était qu'un simple citoyen du peuple de son..Ennemi? Pouvait-il à nouveau le designer ainsi ?

- Sache que tes stupides menace ne m'effraie pas....J'ai côtoyer bien pire et ce n'est pas en me faisant..."manger un oreiller" qui te donnera des réponses...ET DEPUIS QUAND TU A ALZHEIMER? Je suis le génial, le grand, Gilbert Beilschmdit,l'ancienne moitié de l'allemagne...Plus communément nommé la Prusse. Stan, tu a des trous de mémoire?

C'est certainement la maudite vodka qui détruit petit à petit le cerveau de grand bonhomme. Ca ne pouvait être que ça l'expliquation.

- Hoy Russisch, la seule chose que j'aurais pu te faire boire, c'est de la bière..Alors si tu ne tien même pas ça alors que tu englouti je ne sais combien de litre de ta vodka...Tu est bien un piètre russe.

Puis, il se mit en quête de chercher ces vêtements, fouinant un peu partout dans la salle, oubliant le russe, jetant un coup d'œil pour voir si son adorable poussin n'était plus trop martyrisé. Gare s'il lui manquer une plume !

Puis, après quelques instant de recherche, comme le veut le peut de logique que posséder cet étrange pouvoir, l'habituel nuage de fumée ne tarda pas à englober le royaume déchu. Quelques secondes après cet étrange phénomène, le prussien n'était plus présent. À la place se trouvait une demoiselle nommée Maria qui se demander actuellement pourquoi elle chercher ces habits dans la commode alors qu'ils étaient étalés sur le sol...

Lorsqu'elle se releva et que son regard tomba sur Stan, son temps de réaction fut très rapide. D'un bond, elle avait attrapé d'un coussin, qu'elle aplatit tout de suite sur le visage du russe.

- JE T'TINTERDIT DE TE RINCER LES YEUX SUR MON GENIAL CORPS DENUDER! ESPECE DE PERVERS!

S'écria-t-elle le visage rouge de gêne. La prussienne refusée de faire l'effort de se souvenir d'hier...Ou de se rappeler que cela faisait un petit moment qu'elle se trouvait en présence du russe.
Attrapant ses vêtement qui trainait un peu partout, elle se dépêcha de les enfiler, afin d'être dans une tenue un peu plus respectable.

- Et je récupère ça.

Dit-elle avant de venir s'emparer du poussin et de le poser sur ça tête...tirant la langue au sbire tel une grande gamine.

- Maintenant Stan tu a exactement deux minutes pour tout m'expliquer. N'essaye même pas de m'embrouiller avec une ruse !




© Le Docteur sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Mar 23 Aoû - 21:27



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

L
'ambiance commençais sérieusement à être d'un lourd malaise pour tout le monde dans cette chambre et encore plus pour les deux hommes nus. Cela dit, Gilbert semblait ignorer ce que Stan venait de dire, mais il le remit encore plus confus lorsqu'il mentionna très précisément les noms Gilbert Beilsmidt Stan cru qu'il avait ramener à la vie le frère de Maria ou encore son cousin détraquer qui aurait dût rester mort tellement il était bizarre. De son côté, pendant qu'il fouillait ses affaires, Stan en fit autant en levant sa carcasse encore remplis d'alcool, il mit un pied contre le sol, puis un autre avant de tituber et de retomber assied dans le lit. Mon dieu, mais quelle niveau de consommation avait-il pût boire hier soir. À compter le nombre de bouteilles vides un peu partout dans la chambre, ont pouvait compter très exactement sept bouteille de vodka et une bonne vingtaine de bouteille de bière...

Stan ne bois jamais de bière, ce liquide trop doux pour lui, qui à une ressemblance à de la pisse d'allemands. Sa migraine le figeait sur place et il aurait bien voulût coller un pain à Gilbert qui parlait et parlait et parlait encore! Ma parole il ne s'avait donc jamais quand la fermer celui-la! Après il songea un instant et regretta sa pensée, parce que si il lui collait un autre pain, il réduisait ses chance de retrouver Maria qu'il n'avait pas vus depuis son décès et qu'il donnerait à peu près n'importe quoi pour la revoir. Son voyage sur Horizon lui avait fais connaître toute sorte de personnage étrange et de coutume bizarre, retirer la vie une fois et même rencontrer les chefs de tout les regroupements que Horizon peut avoir... Sauf les gardiens.... Une chose était certaine, il allait dire à Gilbert qu'il faisait la paix avec lui, lorsqu'il aperçut un nuage de poussière ou de fumée, difficile de le décrire apparaître devant lui. Malgré que Maria fût très rapide dans son mouvement pour lui coller un oreiller en pleine poire, la mâchoire de Stan se décrocha doucement en étudiant ses courbes.

Par toute divinité avait-il coucher avec elle? Il la trouvais séduisante du premier jour où il avait croiser son regards et il l'avait même protéger contre les gardes qui s'en était pris à eux dans ce bar il n'y à pas si longtemps! Ceci dit, alors qu'il tentait de comprendre ce qui s'était produit, il retrouva à son tour avec un oreiller écraser contre son visage et se mit à grommeler derrière, tentant de dire quelque chose! Il était encore nu et voulait juste attraper de quoi se vêtir, mais apparemment elle l'en empêchait sous réserve de pouvoir parler et dire quoi que ce soit. Le larbin déçus qu'on lui ai retirer son petit canari pour jouer avec, se remit à ses tâches de sbire et vint tranquillement vers son maîtres avec ses vêtements ou du moins de quoi couvrir sa troisième jambe pleinement exposer devant la prussienne. Toujours un coussin coller contre la figure, il fit mine de s'habiller à l'aveuglette sous la supervision de son larbin.

-Mademoiselle je ne crains que vous empêchiez mon maîîîîîîître de parler...

Effectivement Stan aurait bien voulût lui répondre, mais ne pouvais rien dire ayant ce coussin en plein visage. Cela dit, commencer à manquer d'oxygène commença à lui rappeler un autre souvenir de la soirée de hier soir. Une bride qui s'annonça lentement de plus en plus claire, c'était Maria qui à tout hasard était arriver dans le même bar que lui! Il ne se souvenait pas si il l'avait inviter, si il l'avait croiser à tout hasard ou si c'était simplement un rendez-vous. Ils ont bût ensemble, discuter et s'était même embrasser!? Retournant à la réalité par sa migraine et réalisant que le fichtre de coussin était encore dans son chemin, il arracha le dit coussin et le lança par la fenêtre entre-ouverte en remuant les bras vers le sol fulminant de rage, avant de ressentir une sacrée douleur dans ses tempes, retombant lourdement contre le lit.

-Ma tête... Maria je suis tellement heureux de vous retrouver je... Jure que je n'ai rien planifier de telle comme plan machiavélique! Je sais oh combien vous avez du respect pour moi, mais c'est l'autre... L'homme, il s'est enfuis! Il à tout planifier... Je...

Ses tempes étaient sérieusement en trains de le tuer et de le rendre fou, le larbin observa son maître et dans une connaissance de cause de l'avoir déjà ramener dans pire état, il sauta du lit et se dirigea vers la salle d'eau où était poser une bière encore neuve, mais qui avait tempérée. Le meilleur remède contre la gueule de bois et ça avait déjà fait ses preuves restait l'alcool. Le larbins traîna donc la bouteille vers son maître et la décapsula pour lui lui offrant. Stan rebuta devant de l'alcool en matinée, mais vus la migraine, pas le choix... Il prit quelques gorgée en ayant une drôle de tête, étant habituer de ne boire que ce que Horizon à de fort et non pas cette pisse de cheval mousseuse.

-Je reprends tout depuis le début... Hier soir... On s'est rencontrer dans la taverne au coin de cette rue... Tout ce que je me souviens... C'est que nous avons but ensemble... J'ignore ce qu'on faisais dans cette chambre, d'où exactement tu sors... Qui était l'autre homme avec qui j'ai partager mon lit et surtout pourquoi Alpha voulait manger ton génialissime Canari!

Il mit un revers de claque à son larbin d'ailleurs pour cette erreur.

-Je suis... content de vous revoir Maria. J'avais besoin de vous revoir... Vous m'avez... Manquer.

Il abaissa doucement la tête mal à l'aise.
WILDBIRD
 

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 20
Localisation RP : .

Profil
Points de Puissance :
1253/3000  (1253/3000)
Skittles : 26
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Ven 26 Aoû - 20:46



Scheiße !

Feat Maria et Stan


“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.” -Yves Mirande

La migraine que pouvait ressentir le royaume déchu n'affectait en rien son humeur du moment, tellement la colère consumer tout son être en ce moment même. Le fait de s'être fait avoir une nouvelle fois lui rester en travers de la gorge. Était-elle si faible que ça, pour finir dans un lit ?

Et pourtant, quelques souvenirs remontés doucement à la surface, la faisant serrer des poings. Pourquoi avoir bu avec cet individu ? Certes, elle l'apprécier et l'admirer beaucoup... Peut-être avait-elle voulu fêter leus retrouvailles et comme à son habitude, Maria avait forcé Stan à boire... Ce qui n'était pas non plus très logique. On ne force pas un Russe... C'est le russe qui force. Prusse l'avait bien appris depuis le temps.

Tout ceci était trop flou et éloigné pour son pauvre cerveau qui demander encore un peu de repos de cette nuit mouvementer. Et c'est bien connu qu'après une bonne cuite, se souvenir des évènements passés et un acte difficile et impossible.

Restant tout de même assez éloigné du malotrue qui avait osé profiter de son corps cette nuit, Maria croisa les bras sur sa poitrine et commença à légèrement taper du pied sur le sol, potentiel signe d'un possible agacement.

- Je ne vois aucun autre homme à part toi Stan. Personne n'est entré ni sorti de la pièce ! Alors cesse de donner la faute à tes amis imaginaire!

Cela faisait bien longtemps que l'ex-nation ne l'avait pas non plus croisé... Et jamais elle n'aurait pensé le revoir dans telle situation aussi peu glorieuse. Ces poings se desserrèrent, tandis que la jeune femme essayait de se calmer, de continuer d'ignorer ce mal de crâne. Si ça ne tenait qu'a elle, Maria aurait à nouveau rejoint le lit pour pouvoir retourner au pays des rêves. Là-bas personne ne pourrais la manipuler.

La seule personne qui pourrait éclaircir cette situation ne pouvait malheureusement pas parler. Car un poussin ça ne possède pas de don pour la parole, c'est bien connu. Et en tant que vaillant compagnon, Gilbird avait du se poser quelque part pour observer ce que faisait l'ancien pays durant la chaude soirée d'hier. Si le larbin l'avait mangé, Maria ne se serait pas gênée de le faire regretter amèrement à celui-ci.

- C'est normal que je te manque, je suis tellement géniale que personne ne peut me remplacer, kesesese !

Toujours cet énorme ego... Qui était en soi une simple barrière derrière laquelle se réfugier la prussienne depuis des millénaires. Tout comme sa phrase " être seule, c'est tellement cool ! " Était aussi un piètre mensonge. Personne ne peut vivre seul dans ce monde, c'était veridict.

Mais trêve d'égarement, la prussienne était face à un nouveau dilemme. Soit-elle s'en aller et abandonner le russe dans son égarement... Ou alors elle essayait de mettre au clair cette histoire farfelue.

- Arrête de me vouvoyer, j'ai l'impression de prendre cent ans supplémentaires ! Je suis si vieille que ça ?

Comme par un doute, Maria passa une main dans son visage, cherchant une quelconque trace de ride, avant de se souvenir que son corps ne pouvait plus vieillir. Un soupir de soulagement s'échappa de ces lèvres. Elle était toujours la même.

- Je ne veux même pas savoir si on a fait... Ce à quoi je pense...Mein gott, nein! La géniale moi refuse de savoir ça !

Aussi longtemps qu'il le faudra, elle préfère vraiment ne pas y penser et se consacrer à autre chose.

- Je ne sais pas ce que tu en pense...Mais oublions ce qu'on a fait hier soir. Rien que d'y penser cela me donne un mal de crâne du tonnerre...Et à toi aussi, je suppose.




© Le Docteur sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Sam 3 Sep - 20:36



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

C
ette migraine, toujours cette migraine qui empêche d'avoir les idées claire, mais le goût sauvage de cette bière ramène lentement les esprits à reprendre conscience et à calmer les tempes foudroyante du lendemain de veille. Il devrait élucider le mystère de l'homme nu qui s'était évaporer! Toujours torse nu, Stan regarde Maria avec une drôle de tête, ayant oublier combien sa vision d'elle-même pouvait prendre toute la place dans la chambre et à quel point, la génialisime aimait tant se complimenter et paraître au-dessus des autres. Il prit quand même le temps de venir prendre ses vêtements qui était encore au sol et s'habilla complètement de sa longue tenue noir et cacha son teint blanc neige pour arrêter de se dévoiler comme un vulgaire homme de rue. Bien que si se démontrer torse nu en ce monde devait exister, elle devait sûrement être en face de lui.

À ses yeux Maria était ce qui se rapprochait le plus d'une personne qui pouvait comprendre et quand elle parla de son âge, il tira lentement un sourire en coin, retenant quelques compliments qu'il lui aurait bien dit pour lui rappeler gentiment qu'il ne sont pas très loin d'avoir environ la même âge! Bon assurément Stan à l'air d'un cadavre tout droit sortit du comptoir de viande fraîche, évitant les rides autant que possible, mais il avait eu une vague tranche d'histoire de son pays, étant voisins. Il se redressa doucement et étira son enveloppe corporelle pour bien se sentir à ses aises, mais quelque chose était... Différent. Un relâchement, une tension en moins, une lourdeur qui avait disparût. Véritablement, il se demandait ce qui avait bien pût se produire durant la nuit. Il plaça ses équipements à sa ceinture et était fin prêt à sortir d'ici pour tailler la route.

-La génialissime veut bien d'un café en compagnie du terrible partenaire de boisson qu'elle à bien pût avoir? Je veux me faire pardonner... Sortons d'ici et allons simplement prendre l'air.

C'est vrais après tout, elle ne voulait pas en parler, il voulait, mais il la respecterait! Stan avait aucune idée de ce qu'il aurait été capable d'exécuter une fois ivre ayant une résistance à l'alcool dépassant toute normalité du corps humains! Habituellement, le sang et l'alcool se mélange procurant au cerveau un effet de relâche totalement incontrôlable, mais sur Stan les choses étaient complètement différente! Il tenta donc de marcher au-travers des bouteilles et des cannettes de bières au sol et se fraya un chemin en glissant sa mains sur son larbin, le laissant simplement disparaître dans un nuage de fumée. Ceci dit il regarda Gilbird avec un grognement très neutre, sans intentions de lui faire peur et s'approcha lentement de l'oiseau avec un petit air curieux.

-Tu imagines si j'avais aussi un oiseau aussi unique que le tiens, peut-être qu'ils seraient capable de s'entendre et d'être comme nous au fond... Des amis venus d'un autre univers ou alors... Un duo d'enfer!

Un jeu de mots assez pathétique venant de la mort! Duo d'enfer était cela dit le bon mots étant donner que la dernière fois ils avaient combattus des gardes sous l'effet empoisonner de l'alcool pour s'en sortir. Stan remarqua quelque chose au fond de sa poche qui traînais et profita du fait que la Prussienne n'observe pas pour jeter un bref coup d'oeil. Il haussa un sourcil ne comprenant pas tout à fait ce qu'il faisait avec cet objet en poche et fit mine de n'avoir rien vus en se dirigeant vers la porte.

-Aller belle demoiselle, fais mois honneur d'être ma compagne de ta séduisante et unique beauté que je puisse t'admirer sous les rayons du soleil.

Assurément le mal de tête persistait, mais il serait capable de se montrer au grand jour avec elle et à vrai dire... Il espérait qu'elle ne quitte pas maintenant.
WILDBIRD
 

-Désoler (encore) du petit retard!

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 20
Localisation RP : .

Profil
Points de Puissance :
1253/3000  (1253/3000)
Skittles : 26
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Dim 11 Sep - 11:34



Scheiße !

Feat Maria et Stan


“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.” -Yves Mirande


Ayant retrouvé son caractère fougueux et son tempérament de feu,Maria avait plus ou moins réussie a ne plus ressentir son mal de tête. Ce n'était ni la première ni la dernière cuite qu'elle prenait...et même si con corps n'était plus exactement le même qu'autrefois...Celui-ci avait encore gardé les particularités qui lui permettaient de se requinquer après une bonne nuit de sommeil. Malgré les étranges douleurs qu'elle percevait un peu partout...Mais le simple fait de commencer à se questionner la dessus ne fit que semer un peu plus de doute en elle.

Son regard était toujours porté sur le russe, que ces yeux ne lâchaient malheureusement plus. Bien que la prussienne aimait crier haut et fort qu'elle haisser corps et âme les Russes... Elle devait finalement se faire une raison. Maria détesté la nation...Pas le peuple. Après tout des personnes pouvaient parfaitement être correct et ne pas vouloir soudainement anéantir tout l'univers à cause d'une stupide bipolarité violente.

Décidant de mettre légèrement de côté sa fierté, l'ex-nation ne put refuser le café si gentimment proposé. Rien de tel pour se remettre les idées bien place et mieux se réveiller. Malgré que le café n'entrez pas dans ces boissons favorites, il arriver que parfois, elle en prenait de temps en temps. Sans doute à cause d'un certain France.

- Un café et prendre et l'air.....C'est un très bon remède, ja!

Fut la seule chose qu'elle trouva à dire. Lorsque Stan s'approcha du poussin doré de compagnie de Maria, celle-ci ne put s'empêcher de se mettre sur ces gardes, comme si elle craignait qu'il allait s'en prendre à son drôle d'animal de compagnie. Certains avaient des créatures avec des pouvoirs hors-normes...Maria possédé un vulgaire poussin qui avait jadis partagé son immortalité.

- Unique? Il est tout aussi géniale que moi ! Figure toi que c'est lui qui a transporté ma lettre de pour la guerre de succesion à Autriche ! Kesesesese ! Je ne sais pas si tu en trouvera un comme lui ici...

Les poussins sont au plus bas de la chaîne alimentaire, nul doute qu'ils sont plus ou moins introuvable. Toutefois, le jeu de mots avait arraché un léger sourire à la prussienne. Certes pas assez pour la faire rire, mais au moins, ça l'avait détendu. Gilbird ne tarda pas à rejoindre sa maitresse, reussissant à voler garce à ces ailes minuscules. Un des grands mystères de la vie .

La dernière phrase qu'il avait prononcé ne la laissa pas de marbre. La prussienne en fut même interloqué. Peut-être qu'elle aurait dû répliquer quelque chose, à la place son regard dévia sur autre chose.

-Décidement, tu n'a pas perdu tes belle paroles non plus ~ J'accepte d'être ta génialissime compagne pour le moment !

Sur ce, elle lui emboita le pas, quittant leurs chambres ... Avant d'avoir un doute. Est-ce que le café existe ici? Elle haussa les épaules pour se répondre à elle-même avant de finalement apercevoir la porte de sortie de l'auberge. Il avait bien prendre l'air aussi non? Respirer un peu d'air frais n'a jamais fait de mal à personne.

Sans dire quoi que se soit, la prussienne alla  vers la porte et attendit Stan dehors, accompagné de son fidel poussin.

-  Hoy Stan, tu traine !



© Le Docteur sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Dim 11 Sep - 19:04



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

E
lle avait accepter son offre, quoi de mieux pour ravir le Russe qui ne rêvassait que de passer ne serait-ce qu'un bref instant en compagnie de Maria. Il ne l'avait jamais dit, il ne l'avait jamais avouer serait les meilleurs mots, mais elle était de son goût. Aucunement en ce sens qu'il la mangerait avec un peu d'épices, mais dans le sens qu'il aimerait lui passer la bague au doigt et ce depuis leur première rencontre. Elle supportait ses crises d'alcoolique, comprenait ses tempérament excessif de Russe et était même aussi pire que lui! Elle ne jugeait pas ses motifs, arrivait à se laisser tenter de passer du temps avec lui et pour preuve ils avaient tellement bût qu'ils se sont retrouver dans cette drôle d'histoire qui jusqu'ici ne manquait pas de rebondissement! Il observa la boîte dans sa poche et commençait sérieusement à se questionner s'il lui avait fait ce qu'il croyait hier... Qu'elle l'avait peut-être rejeter? Qu'ils ont partager une chambre et qu'il ne s'est rien produit? Non le Russe n'est pas aussi vieux pour oublier des détails de cette importance. Il s'assura rapidement qu'il ne manquait rien dans ses effets personnels et laissa la sommes de la chambre dans une bourse sur le lit.

Il prit soin de se diriger vers la porte et entendit le commentaire de Maria qui lui étira un sourire, cette vieille fille n'aimait donc pas se faire prier pour qu'on s'occupe d'elle! Stan respectait ça, c'était encore une fois un petit trait qui la rendait mignonne à ses yeux. Au final, pendant qu'il se dirigeait vers elle, plus il y songeait, plus il pensait qu'avoir son poussin pourrait être cool, il pourrait porter compagnie au poussin de Maria et qui sait avoir des mini poussin et puis... Ça à un certains cachet, certes moins menaçant qu'un cerbère à trois tête et aux griffes acérer. Il arriva enfin à l'extérieur en compagnie de Maria et se couvrit le visage vus les rayons chaud du soleil qui tâchait de brûler sa peau aussi blême que la neige! Il lui offrit son bras pour qu'elle s'y accroche, mais réalisa qu'elle ne le ferais probablement pas étant donner qu'elle est tellement parfaite!

Ils marchèrent quelques mètres en discutant de tout et de rien, ayant un plaisir à se retrouver et à partager ensemble avant de trouver un petit restaurant rustique qui leur semblait être parfait! Évidemment pour bien faire, le café était bel et bien existant cela-dit loin d'être d'une qualité à impressionner les plus riches de ce monde! Pourtant aux yeux de Stan c'était suffisant pour cette matinée qui s'annonçait assez remplie. Stan devait cela dit régler un soucis qui lui remplissait la tête. Dans le pire des scénarios il se prenait une claque ou un rire, mais dans le meilleur des scénario, il se retrouvait enfin éclaircit sur cette lancer qui occupait ses esprits. Il détacha ses lunette et attrapa la main de maria en fixant son regard de ses yeux rouge vif.

-Maria, il y à un moment que j'attends pour te confesser quelque chose qui ne risque peut-être pas d'être du plus facile pour moi et crois moi... Bien que je sois vaillant ou courageux, cela me laisse un stress de faire ce que je m'apprête à faire. Voilà déjà près de un an que nous sommes amis et partenaire de combat. Voilà un an que nous avons partager des aventures qui me restent graver dans la tête et qui ne pourraient jamais être retirer... Et même si quelqu'un désirait m'extirper ses souvenirs, je serait prêt à tuer pour ne jamais l'oublier.

Le Russe se leva doucement et s'avança tranquillement vers Maria en posant doucement le genoux contre sol gardant sa mains dans la sienne.

-Maria Beilschmidt, bien que le concept d'amour puisse paraître assez complexe, j'aimerais te déclarer ma flamme, je te dis que je t'aimes aujourd'hui et que je veux chérir cet amour au plus profond de mon être et pour l'éternité. Je veux que tu fasses quelque chose qui peut-être peut s'annoncer à être précipiter, mais qui selon moi serait la meilleur décision. Je voudrais que...

Stan relâcha doucement sa mains pour ouvrir lentement la petite boîte qui se trouvait dans sa poche et en sortit une alliance qu'il glissa au doigt de Maria.

-Je voudrais que tu deviennes ma femme et que nous ayons un superbe mariage. Te perdre à été une erreur, une sombre erreur et je ne veux plus répéter les erreurs du passer... Voudrais-tu donc devenir Madame Anodrac?

Il observait l'alliance à son doigt et les gens qui était autours observait la scène avec passion, même quelques larmes ont été verser sous la romance du Russe.
WILDBIRD
 

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 12/06/2015
Age : 20
Localisation RP : .

Profil
Points de Puissance :
1253/3000  (1253/3000)
Skittles : 26
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Dim 11 Sep - 22:49



Scheiße !

Feat Maria et Stan


“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.” -Yves Mirande

Et le temps défila grandement dès qu'ils sont sortis de l'auberge qui les avaient abrités pour le meilleur et pour le pire. Leur discussion partait dans tous les sens, tantôt ils évoquer leurs passés après leur séparation...Ou alors tout bonnement des choses absurdes qui n'ont pas le besoin d'être répertoriées ici.

Le restaurant était acceuillant et la-ba, ils purent prendre un café qui bien qu'il fut très mauvais, suffit largement à remettre les idées de Maria en place et abandonné sa mauvaise humeur matinale. Là, elle eut tout le loisir de penser à autre chose qu'a sa rancoeur envers Russie pour se concentrer sur l'être qui représenter la grande Faucheuse.

Certains seraient mal à l'aise, d'autres auraient tout bonnement peur de perdre sa vie en agissant bêtement. Mais pas la prussienne, de plus, si la mort dans son monde avait été Stan... Peut-être qu'elle ne se serait pas donnée autant de mal pour rester en vie. Toutefois, il fallait bien se dire que c'était techniquement impossible...Ils devaient tout de même provenir de deux monde certes, pas si différents que ça, mais chez les Russes, ça nation n'est sans doute  pas représenté par quelqu'un.

L'ex-nation ne pouvait en aucun cas détester le russe, peu importe ces actes... Enfin...Dans la limite du raisonnable évidemment. Même si cela ne se voyait pas, Maria pouvait être sérieuse et laisser son ego de côté même si ce n'est que temporaire, afin de se montrer vraiment.... Après tout...À quoi lui servait cette fierté et son ego ? Certes, elle avait accompli tant de choses... Mais avait commis tant de crime. L'exemple parfait serait Hitler, un de ces nombreux dirigeant à qui elle a dû obéir aveuglément, sans ohmmètre la moindre objection. Et bien sûr, cette époque monstrueuse que tous voulaient oublier, rester à chaque fois dans les livres.

Mais pas ici.

Personne ne venait vraiment de la planète Terre, ou alors, ceux qui y provenaient hausser simplement un sourcil lorsqu'elle leur demander, presque par simple nécessité " Ma nation existe-t-elle ? De quelle époque proviens-tu?". Et chaque réponse la décevait un peu plus.

La prussienne laissa échapper un soupir, avant que son attention fut attiré par le russe qui involontairement l'arraché à ses sombres souvenirs la hantée. Le contact avec la main de Stan était d'un grand froid,opposé à la chaleur que pouvait dégager la jeune femme. À côté de lui, elle était sans femme qui vend son corps un radiateur sur patte.

La première partie de son discours la fit hausser très légèrement un sourcil, à la foit intrigué et confuse de ce qui se déroulait en ce moment. C'est vrai, leurs piètres combats dans une autre auberge autrefois avait été un beau souvenir. Pas très glorieux pour elle, mais c'était toujours un bon souvenir...Et puis, il lui avait appris certaine chose sur ce monde qu'elle ne connaissait pas.

Un petit sourire amusé dessina sur son visage... Jusqu'à se muer en surprise à la déclaration du russe. Précipité ? Juste un peu. En tout cas, Stan réussit un pur miracle : réussir à faire taire la bruyante Prusse.

Que faisaient donc les humains en temps normal ? Que devait-elle dire? Où faire ? Stan attendait une réponse, négative ou positive...Mais l'ex-nation n'avait plus la possibilité de s'exprimer, ces propres mots mourraient dans sa gorge. L'anneau autour de son doigt signifié beaucoup...L'union de deux personnes...

Ces joues avaient pris une teinte rosée, son misérable coeur battait la chamade...Où faisait un remake du titanic, au choix. Même-ci, cela paraissait stupide, et qu'elle craignait que Stan disparaisse du jour au lendemain, Maria voulait accepter les sentiments du Stan...

Mais lorsqu'on est pas doué niveau discour, que fait-on? Alors il suffit d'être sois même et d'agir en tant que Maria et non en tant que Prusse.

- Ich......Stanislav Anodrac...J'accepte avec joie et grand plaisir de devenir ta femme et ainsi donc d'être Madame Anodrac aux yeux des autres. Et comme on le dit si bien "Pour le meilleur et pour le pire" !

Elle chercha en vain quelque chose à dire de plus...Romantique? Mais c'était hors d'atteinte actuellement de son pauvre cerveau qui n'arrivait plus à suivre quoi que se soit. Maria avait peur de le décevoir, qu'il attende aussi un discours aussi génial que le sien.

-простите....Je...Je suis dans l'incapacité de formuler un aussi beau discour que le tien....Mais sache que le jour de notre rencontre et l'un des plus beau souvenir que j'ai pu conserver!

Oui, elle avait osé s'escuser en russe, malgrès que le mot devait être deformé avec son accens allemand. Mais pour le moment, c'était le cadet de ces soucis. Elle observa à nouveau la belle bague à son doigt, qui marquer une nouvelle fois la fin de sa vie en que sollitaire. Après tout elle n'aimait pas vraiment être seule .

-Par contre....ne me laisse plus seule...





© Le Docteur sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2016
Localisation RP : Zone Neutre - Rift

Profil
Points de Puissance :
1680/3000  (1680/3000)
Skittles : 122
Titre / Réputation :

MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   Sam 17 Sep - 7:50



   
   Maria et Stan
   La bouteille de trop!
Voir Chronologie

L
'amour, un concept plutôt pacifique, une idéologie humaine inconnue pour un démon qui avait repris une enveloppe humaine! Comment exactement était-il supposer intégrer le monde et s'y mettre à ses aises avec tout ses changements qui avaient bouleverser le cours de son existence! Il avait connut la Prusse, le pays, non pas le bout de terre qui aujourd'hui avait à peine quelques lignes écrite, il connaissait son histoire, sa gloire et sa fierté! Toutefois, il était tomber amoureux de Maria et devrait prendre sur lui pour devenir quelqu'un qui s'intéressait aux causes qui lui tenait à cœurs, aux âmes allemande amasser au combat et surtout comprendre ses douleurs maintenant. C'est ainsi que lorsqu'elle accepta, un grand cognement profond lui retenti dans la poitrine et il voulait l'embrasser, il ne pouvait plus résister à son charme de sa magnifique tête angélique bien qu'elle soit une infernale machine à tuer sous la plus douce soie jamais tisser.

Pleinement exposer à elle, de son teint aussi blême qu'il ne le démontrait, il embrassa sa mains d'abord pour être plus civiliser et ensuite ses lèvres. Un bref baiser froid qui rappelait aux plus frêle que la mort est aussi froide que l'hiver, mais ses lèvres étaient si chaude qu'elles donnèrent une petite teinte rosée sur les joues du Russe. Bien qu'elle ne le sache pas nécessairement, elle était pour lui une cause à laquelle il donnerait une deuxième éternité de son âme pour servir les enfers si il pouvait pour lui donner la vie éternelle.

Dans cette union éventuellement quand elle porterait l'enfant de chaire qui unirait le mariage, elle deviendrait non-seulement mère d'un prince des enfers, mais également reine des morts. Évidemment quel glorieux titre à annoncer à son amoureuse, mais elle qui tient tant à son pays aurait des avantages sans limite et qui sait peut-être sa descendance aurait un accès également à l'enfer et pourra laisser sa mère le visiter. Le portail n'étant pas encore maîtriser, Stan avait aucune idée comment l'ouvrir sur Horizon, mais il trouverait bien un moyen pour laisser quelques créature s'échapper et par le fait même laisser sa douce entrer. Elle prononça d'un horrible Russe, qu'elle tenta du mieux qu'elle pût lui dire des mots d'amour et bien qu'il soit incapable de son accent Russe de maîtriser l'allemand, il prit l'accent le plus germanique qu'il pût et lui répondit

-Nichts zu bedauern, le pardon est inutile lorsque les mots sont du cœur ma tendre amour, je t'aime peu importe comment les vœux seront formuler et ce pour la vie! En devenant ma femme, je promets non-seulement de surtout te faire tirer du meilleur que du pire, mais de te suivre partout. La solitude ne frappe pas nécessairement ceux qu'on pense uniquement. Elle atteins aussi parfois les âmes les plus surprenante tu sais.

Il parlait évidemment de sa propre personne, il devinait qu'elle détestait être seule, puisqu'elle avait déjà évoquer à ce sujet ne pas apprécier être sans compagnie et que la solitude n'était pas un sentiment qui pouvait atteindre que les mortels. Elle avait raison, maintenant qu'elle était là devant lui avec cette alliance au doigt, il planifiait déjà le plan pour l'avenir, il voyait déjà ce qu'il voudrait faire avec elle et partout où elle irait, il la suivrait pouvant tirer partit de leur vie à deux maintenant.

-Je ne te laisserai plus jamais seule Maria, je le promets. Je serai toujours dans l'ombre à te suivre ou à te tenir la mains pour te guider vers le chemin qui te semblera le plus glorieux. Comme ta patrie Prusse, nous saurons être souder et faire briller chaque moment passer ensemble jusqu'à ce que... Infinity nous sépare.

Le proverbe aurait plutôt parler de mort, mais dans le cas présent, la mort étant Stan, il était un peu idiot de lui ramener une contradiction remplie de sarcasme alors que leur relation commençait à peine de bien aller. Il attrapa donc sa chaise et la tira près de sa nouvelle compagne pour l'embrasser à nouveau sur les lèvres, profitant d'un agréable baiser de sa chaleur qui était tellement agréable. Il se sentait cela dit un peu épier étant donner que les gens du coins n'avait pas l'habitude de le voir sans ses verres sombres et ses yeux brillaient était émotionnellement actif avec la femme qu'il aime. Il se racla donc la gorge en regardant autour de lui, détournant doucement ses yeux sur cet atroce café qui ne serait pas à nouveaux dans sa bouche. Il voulait juste profiter de l'instant présent avec sa demoiselle.

-Il me chagrine de devoir retirer la beauté de cet instant, mais je dois savoir ce que finalement tu as prévue sur Horizon. Si tu te souviens, je t'avais parler des différents groupes auxquels tu aurais pût te joindre pour être en sécurité... Je pense finalement que les conquérants te permettrait de t'approcher de moi, mais que ce ne serait pas la meilleur solution... Je connais un amis. Un bon amis... Auquel tu pourrais t'associer et qui t'apporterait réconfort et sécurité. Mais parle moi d'abord de tes projets. Je veux entendre tout ce que tu peux me dire jusqu'au dernier mots... Histoire de profiter de chaque seconde de cette journée avec toi.

Il lui fit un sourire en caressant sa mains

-Ich liebe dich, meine Liebe

Son accent était terrible et il soupira à entendre sa langue fourcher aussi péniblement qu'un vulgaire touriste.
WILDBIRD
 

_________________
Horizon je t'aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La bouteille de trop! { PV Maria   

Revenir en haut Aller en bas
 

La bouteille de trop! { PV Maria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Maria Sharapova vs Xoxo Leah
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Bouteille à la mer...
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horizon RP :: Horizon :: Viridia-