ANNONCE IMPORTANTE DANS LES MISES A JOUR ET ANNONCES.

Partagez | 
 

 Un pas de plus [PV Demi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2016

Profil
Points de Puissance :
1600/3000  (1600/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Un pas de plus [PV Demi]   Mar 19 Juil - 22:37

Un épais sillon marquait le manteau blanc éternel de Celestii, l'imposant Mortis avançait dans l'épaisse couche de neige mais celle ne le dérangeait guère, son armure et ses implants bio-mécanique lui permettait de traverser n'importe quel terrain. Derrière lui se trouvait Demi-Coeur, suivant la route qu'il trace littéralement, il avait quitté la grotte quelques heures auparavant où il avait terrassé une imposante bête, bien qu'il aurait pu le faire seul, l'aide de Demi-Coeur a permis de raccourcir drastiquement le combat. Il n'a pu voir qu'une fraction du pouvoir de Demi car si ce que dit Dolm est vrai, sa puissance est sans limite.

Il se souvient de leur discussion dans la grotte, c'est la première d'une race faite de magie brut, l'incarnation du savoir et de la magie, alors qu'elle renferme une telle puissance dans ce corps, elle est pourtant douce et calme, attentionné et clairvoyante, bien des personnes aurait succombé à l'excés avec autant de pouvoirs, Mortis le sait plus qu'aucun autre dans ces terres car il sait les conséquences de tels excès.

Le soleil se montrait timidement, l'aube orangé apporte ses premiers rayons de chaleurs sur le manteau blanc des montagnes de Celestii, réflétant sur le blanc de la neige et provoquant divers jeu de lumière, Mortis continuer d'avancer sans relâche mais s'arrêta sous les demandes de Demi-Coeur. Celle-ci voulant profiter du paysage, se reposer et manger. Il observa aussi le paysage, lui qui était habitué au monde chaotique et au paysage stérile de Titan, il voyait un magnifique paysage. Il est resté silencieux a chaque arrêt, laissait la simple beauté du monde l'emerveiller.

Après plusieurs heures de trajet, le soleil atteignit son zenith et Mortis trouva des creux dans la neige, il ne lui fallut pas longtemps avant de comprendre l'origine de ces creux, ce n'était pas des enfants qui s'était amusés, non il y a eu de la lutte, du sang trouble le blanc éclatant de la neige et des traces de traîneaux arrivent et s'éloigne du lieu. Des personnes avaient été enlevés et il fallait les sauvés, il ramassa les quelques objets qui était resté au sol, des peluches, bijoux sans valeurs ou autres babioles, il les confia à Demi car il n'avait pas de place pour les ranger et pris la route des traces de traîneaux.

Il lui fallut encore quelques heures de marches et les rares pauses de Demi-Coeur mais Mortis préféra s'élever du sol en suivant un chemin montagneux, suivant son instinct plutôt que la logique. Et son instinct ne l'avait pas trompé, les voici en hauteur du repaire des bandits.

Un ancien site minier, les maisons ont été réparé et réamenager, il y a une dizaine de brigand en train de surveiller les esclaves, leur beuglant des ordres, battant ceux qui fléchissent et abuse du sexe opposé. Il ne fallait pas attendre longtemps avant qu'un convoi de traîneaux arrive avec de nouveaux prisonniers. Bien que les bâtiments semble servir de prisons et d'habitation, la mine est utilisé pour faire sortir des minerais précieux.

Il posa un genou au sol, son arme pointé vers le ciel

Des païens...on dirait des Eldars Noirs, besoin d'esclave et de faire souffir, la surface en compte quinze...mais je pense qu'ils ont habité la mine, ne laissant sortir que les meilleurs...cela expliquerait pourquoi ils sont difficile à trouver

_________________
I AM THE HAMMER.
I AM THE POINT OF HIS SPEAR!
I AM THE MAIL ABOUT HIS FIST.
I AM THE BANE OF HIS FOES, AND THE WOES OF THE TREACHEROUS.
I AM THE END.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   Mer 20 Juil - 18:44

Les hauteurs des montagnes bruissent doucement dans le clair du matin. Le vent est glacial, il porte avec lui le baiser d'un hiver qui ne connaît ni fin ni contestation à son pouvoir sans pareil. Il survole ses terres et contemple avec mépris les créatures faméliques et tremblantes ne pouvant résister à sa morsure. Alors la neige s'imprime du tourbillon des zéphyrs et il remonte, toise les griffes de pierre assaillant ses cieux cristallins. Il se joue de tout et de tous, il ne connait ni compassion ni mesure de lui même, seul être lui importe. C'est une chose affreuse que le froid des contrées glaciaires, et pourtant, il est si beau.
C'est ce à quoi songe Demi-Coeur en contemplant les monts massifs s'étendant devant elle. Certains affichent des crêtes déchiquetées, agressives. D'autres sont montés si haut qu'un nuage de neige entoure presque constamment leur sommet, ils sont pleins d'arrogance et écrasent le paysage alentour pour ne plus laisser qu'eux de visibles. Restent les corps titanesques, le ventre des monts, les échines aplaties et les contreforts épais. De véritables monstres de roc et de glace. Il suffit d'un peu d'imagination pour y entrevoir Tyres pour la renarde, son frère mort, disparut à jamais. Rapidement la vision tourne au drame, elle ne peut s'empêcher de s'en vouloir même si son sort n'est pas sa faute.
La marche reprend.

Le soleil glisse dans le ciel comme une bulle sur l'eau. Il réchauffe à grand peine les montagnes et les forêts. Quelques gouttes chutent des branches alourdies par la neige maintes fois pétrifiées. Les petits bruits de la nature dénotent dans le murmure du vent, celui ci apporte parfois la cavalcade effrayée d'un rongeur ou le pépiement d'un oiseau qui cherche ses semblables. La vie est ténue, mais elle est et cela suffit à redonner à Demi-Coeur un peu de chaleur au coeur. Apprendre à apprécier la solitude ne fut pas facile, mais la briser lui donne l'impression de renaître à chaque fois.
Cette joie se retrouve malheureusement bien vite enterrée.
La renarde ne se faisait pas d'illusions, elle se savait dans les pas de Mortis pour l'assister dans sa rédemption sanglante. Toutefois son coeur restait habitué à la paisible douceur des jours en son monde. Se retrouver confrontée à la violence et la haine, moteurs de la vie d'Horizon la déstabilisait. Elle devait non seulement faire face au danger que représentaient les individus les plus agressifs d'Horizon mais aussi à cette mentalité totalement inconnue, inattendue. C'est donc avec un petit sourire triste qu'elle hocha le museau vers Mortis, lui signalant qu'elle le suivait lorsqu'il gravit le flanc de la montagne pour s'élever toujours plus.

Dans le ciel le silence, sur les hauteurs du monde la tristesse et la compassion, l'incompréhension surtout, perdus dans la neige, la souffrance et l'avilissement. En contemplant le spectacle des pauvres ères que les brigands frappaient à coups de lanières de cuir raidit et de badine en bois rugueux, bien des gens se seraient trouvés comme éclairés. Un cheminement étrange se serait fait dans leur esprit pour justifier la violence à laquelle ils comptaient eux même se résoudre. Pour la justice auraient-ils dit. Ces êtres ne méritent pas de vivre. Leur mort vaut mieux que la souffrance qu'ils infligent et le danger qu'ils font peser sur la région. Et pourtant... Demi-Coeur ne pouvait s'y résoudre. Lorsqu'elle regardait les martyrs elle pleurait pour eux en elle. Lorsqu'elle tournait son regard vers leurs bourreaux, elle pleurait aussi, peut être un peu plus, car ceux capables de surpasser leurs semblables ne devraient pas mettre ces forces à contributions d'actes aussi infâmes. Ces gens avaient tout perdu pour elle, ce qui faisait d'eux des êtres vivants conscients de leur nature et des répercutions de leurs actes, mais aussi l'espoir, celui de pouvoir simplement vivre en harmonie avec les autres. Ne restaient alors que la fatalité de tuer pour ne pas être tué, et dans une moindre mesure, asservir pour ne pas être celui que l'on asservit.

«Je compatis à la peine de votre monde si ces individus vous rappelle un peuple entier. Pour moi ce ne sont que des êtres égarés. Je ne parviens pas à comprendre leur agissements, je me demande si eux même le peuvent en fait... savent-ils ce qu'ils font ?» La renarde soupira et Dolm sortit de sa besace pour se lover contre elle. En mots de réconforts il lui offrit ses expériences. «J'ai beaucoup vécu Demi-Coeur, plus longtemps que bien d'autres, et j'ai découverts plus de mondes que toi, c'est certain. Partout où je suis allé ceux qui vivent dans la paix sont des minorités. Même ainsi ils trouvent le moyen de s'opposer dans leurs utopies, ils ont des conflits qu'ils cachent pour que la façade soit plus lisse, mais les gens comme toi n'existent que dans les livres. Ceux que tu vois en bas sont laids, ils salissent l'image que tu as de l'existence, mais il ne faut ni se mettre en colère ni l'accepter. Ne les regarde pas comme tu voudrais qu'ils soient, contente toi de ce qu'ils montrent, ce sera plus facile.» Il regagna la sacoche en ajoutant. «Dans la vie, lorsque l'on veut être bon, il faut appliquer la loi du moindre mal. Laisse les et d'autres viendront les tuer, après qu'ils aient fait encore plus de mal. Occupes-t'en et eux comme vous serez les seuls victimes.»
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2016

Profil
Points de Puissance :
1600/3000  (1600/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Un pas de plus [PV Demi]   Jeu 21 Juil - 12:33

Mortis écouta les paroles de Demi-Coeur, il comprend la douleur qu'elle peut ressentir, elle qui n'a jamais fait d'acte de violence ayant fait couler le sang, il comprenait qu'elle avait du mal à accepter ce qui se passe, pourtant Mortis connaissait ça, l'avidité et le besoin de se montrer supérieur aux autres, il l'a maintes fois contemplés et connaît le chemin de la damnation. Les enfermer ne ferrait qu'accroître leurs haines et leurs violences.

Dolm apparut et parla aussi, il était sage dans ses paroles et sa longue vie lui a permis de voir tant de choses. Hélas pour Demi-Coeur, le sang allait devoir à nouveau interrompre le blanc de la montagne et c'était à Mortis d'être celui qui changera la couleur. C'est un chemin de rédemption et nombreuses sont les marches sanglantes avant qu'il ne puisse aider les habitants dans leurs tâches quotidiennes. L'imposant colosse se releva et s'exprima doucement

Amenus Setoris Emperoras Savidas

Puis il sauta pour atterir une dizaine de mètres plus bas, la neige étouffant sa chute et n'attirant personne car il est banal que de la neige tombe et puis personne ne les as jamais trouvé alors pourquoi s'inquiéter ? Il s'approcha du centre, là où tout se déroulait, un bourreau fouettait un ancien voisin. Ce même voisin qui l'a dénoncer quelques années plus tôt de ses manigances et il avait juré de se venger, lancer dans sa vengeance aveugle, il s'arretta car son ventre lui faisait mal, lorsqu'il regarda, la lame de Mortis était passé au travers, un filet de sang coula de sa bouche avant que sa vie ne s'éteigne. La stupéfaction avait pris aussi bien les bourreaux que les prisonniers et c'est ce temps qui allait causer leurs morts.

Il lança le corps sur le bourreau le plus proche, ceci faisant effet domino, avant même que le corps a atteint sa cible, il disparu pour se trouver devant un autre, son imposant poing heurta violemment la tête du bourreau, lui fracturant le crâne avant, un avait dégainé mais l'allonge de Mortis l'avait coupé en deux alors qu'il venait à peine de lever son épée au ciel. 3 de moins, plus que 12.

La stupéfaction venait de prendre fin, les prisonniers courraient vers leurs cellules, seuls lieux en sécurité pour eux et les bourreaux sortirent leurs armes et encerclèrent Mortis, celui qui s'était pris le corps de son collègue se dégagea et sorti son arme, c'était un fusillier, il pointa Mortis et tira, la confiance commença à baisser lorsque les balles de l'arme ricochèrent sur l'armure du chevalier, ils ont hésités un instant et...Mortis, dans un geste ample de sa hallebarde coupa les 3 qui était devant lui, les autres chargèrent et Mortis disparut pour réapparaître derrière eux, dans la mêlée un à réussit à s'échapper et courrait vers la mine sous la couverture de son collégue et sonna une cloche. Une fois la mêlée finie, il lança son hallebarde sur le brigand sonnant la cloche, finissant empalé sur celle-ci. Mortis ouvrit ses mains et lança une boule bleu sur le fusillier, celui-ci parti dans un feu bleu, il se roula au sol dans l'espoir de l'éteindre mais n'y arriva pas et c'est par la pensée de Mortis que celle-ci s'éteignit. Récupérant son hallebarde, il entendait des bruits dans la mine, les renforts arrivait. Avant d'entrer dans les boyaux souterrains, il regarda Demi

Occupez vous des prisonniers... puis il regarda la mine ...des âmes doivent encore s'envoler puis il rentra à l'intérieur

_________________
I AM THE HAMMER.
I AM THE POINT OF HIS SPEAR!
I AM THE MAIL ABOUT HIS FIST.
I AM THE BANE OF HIS FOES, AND THE WOES OF THE TREACHEROUS.
I AM THE END.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   Lun 25 Juil - 9:56

Restée en arrière au sommet de la petite crête enneigée Demi-Coeur observait le pêcheur allant chercher sa rédemption dans le sang. Elle se redressa et s'appuya sur son bâton, le regret habitait toujours son coeur car prendre la vie d'autrui n'avait rien de naturel pour elle et la mort de la bête des grottes lui pesait déjà. Elle tourna le museau vers Dolm pour quelques secondes de réconfort et il plaça sa tête contre la paume de la renarde en ronronnant doucement. Avec un petit sourire triste elle fit de nouveau face à la réalité.
«Je resterai intègre à moi même. La mort ne peut être pardonnée que par la mort elle même, le jour où viendra la mienne je ne mentirais pas...»

La renarde se rapprocha du camp en effectuant un détour afin de ne pas avoir à combler la chute d'au moins dix mètres devant elle d'un bon qui aurait put la retrouver avec une patte brisée, si ce n'était pas les deux. Un brigand croisa son chemin proche du camp, son allure dépenaillée et ses armes tirées dans une attitude menaçante tandis qu'il marchait vers ses comparses le trahissait comme le Soleil trahit le jour. Le museau décoré de son éternel petit sourire la renarde saisit fermement son bâton à deux main et, du mouvement circulaire le plus puissant qu'elle réussit à produire, elle assomma l'individu en le frappant derrière le crâne. La neige accueillit dans un bruit de chair molle et la mage poursuivie sa route.
Sur son passage elle rencontrait des prisonniers. L'un d'entre s'était fait une arme avec de la glace, un lourd morceau entre ses mains rougies il se précipita vers la renarde en la prenant pour l'un de ses bourreaux. Celle ci se contenta de pulvériser le bloc d'un petit mouvements des doigts, puis elle pointa son bâton sur les chaînes entravant les chevilles de l'individu qui l'avaient empêché d'être sur elle plus tôt. Elle salua le prisonnier libéré d'un petit hochement de tête courtois et continua d'avancer.

Devant la grotte quelqu'un sonnait la cloche. Demi-Coeur soupira, il aurait été tellement plus simple de les emprisonner sans qu'ils ne puissent rien faire, il aurait alors suffit de faire de même pour ceux se trouvant dans les mines.

«Un groupe de vingt. Cinq d'entre eux sont lourdement armés, des armures suffisamment épaisses pour encaisser une bête comme celle que nous avons terrassé lorsqu'elle est lancée à pleine vitesse. Ils ont des magiciens parmi eux, certains avec des armes de jet ou de tir. Ils pourraient nous prendre pour des bandits, pour eux nous ne sommes que des inconnus rependant le sang, il n'est pas marqué sur un panneau, attention renarde et chevalier massacrant des bandits. Trouve quelque chose ou bien je ne donne pas cher de notre peau, ces gaillards sont venus pour exterminer les bandits et nous sommes sur leur chemin.»

Demi-Coeur opina du museau et regarda dans le lointain, ses yeux emplis de magie se jouant du relief pour observer directement la trame magique du monde. Elle les voyait elle aussi, deux des mages dans la troupe semblaient posséder la puissance nécessaire pour la combattre de leurs forces conjointes, des individus qui pourraient aisément envoyer valser les bandits trop dangereux le temps que d'autres les achèvent. Elle nota leur position par rapport aux autres membres de la troupe puis se rapprocha de Mortis, il lui semblait bien plus important de s'occuper des hommes venant des mines que de libérer des prisonniers sans geôliers dans l'immédiat.
Le premier bandit sortit de la caverne en faisant tourner la tête d'une masse énorme entre ses mains. Il dévoila une dentition sans défauts sous son rictus cruel et fit jouer ses épaules par provocation. L'instant d'après il s'écrasait contre le mur dans son dos, la tête tombant mollement sur son torse en s'étalant dans le poussière mêlée de neige dans l'entrée de la mine. Le jet de magie de Demi-Coeur l'avait cueillit en plein torse, il n'avait rien pour se défendre de ce type d'attaque et cela venait de lui coûter le droit de défendre sa vie, pour le moment il resterait assommé.

«Mortis, des gens vont nous rejoindre, ils seront une troupe nombreuse et déterminée à éliminer tout ce qui ressemble à un bandit. Vous et moi ne sommes pas des gens qu'ils connaissent, mieux vaudrait déposer votre arme de façon visible et ne pas sembler agressif. Je peux contenir les brigands le temps que ces renforts arrivent mais certainement pas combattre les deux à la fois, ce monde retient ma magie.»

Là dessus elle leva son bâton devant son museau, un bouclier translucide troubla légèrement l'air et une hache lancée avec force rebondit en tournoyant dessus. Le métal ricocha avec grand bruit sur la pierre proche tandis qu'une seconde lame surgissait, mais cette fois ci Demi-Coeur s'y attendait. Elle lança sa première salve magique d'une main, pulvérisant l'arme en plein vol, puis pointa son bâton devant elle, puisant dans ses forces pour décocher un tir dont la concentration en magie troubla l'air sur son passage avant de laisser entendre un râle douloureux dans les profondeurs de la caverne minière. Les yeux d'une mage telle que Demi-Coeur ne se laissent pas tromper par l'obscurité, malheureusement pour celui ayant tenté cette ruse.
La renarde se rapprocha de l'ouverture dans la montagne et ficha son bâton dans le sol juste devant. Elle inspira doucement, se concentra, et déploya un bouclier sur l'ensemble de l'ouverture. Personne ne passerait, ni pour rentrer ni pour sortir, avant qu'elle ne l'ait décidé. D'une main elle traça quelques signes dans l'air. Il y eut un scintillement, et l'instant d'après un être plus grand qu'elle se tenait à son côté. Il échangèrent quelques mots et il la salua en courbant la tête, avant de se diffuser dans un tourbillon de flammes noir. Les Chânes ont beau haïr la magie par essence certaines contraintes de la vie en ont amenés certains à se mettre au service de la dame bleue, lui s'en va prévenir les guerriers inconnus en approche qu'ils sont des alliés et retiennent les brigands.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2016

Profil
Points de Puissance :
1600/3000  (1600/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Un pas de plus [PV Demi]   Lun 25 Juil - 22:53

Alors qu'il allait rentrer dans la mine pour continuer à éliminer les brigands, Demi-Coeur l'interrompit, elle lui expliqua qu'un groupe arrivait, déterminer à éliminer ces bandits que Mortis s'occupait actuellement, selon ses dires, il ne vaudrait mieux pas les affronter, même Mortis dans son état actuel ne pourrait pas les vaincre ou bien il y arriverait mais n'en sortirais que mortellement blessé. Elle proposa donc qu'il se sépare de son arme afin de faire acte de bonne volonté et elle retiendrait les bandits avec sa magie, il acquiesça de la tête pour montrer son accord, après tout pour lui, Demi-Coeur était son phare et son guide car il n'est pas très bien habitué au fait de baisser les armes devant les autres mais il n'avait pas le choix et ce ne serait sans doute pas la dernière fois qu'il aura à le faire. Alors que Demi-Coeur déploya son bouclier pour bloquer les mineurs et fit apparaître un être magique. Mortis lui s'éloigna et se mit à transporter les corps vers la sortie du village, il planta sa hallebarde dans le sol et mis les corps en cercle dos à dos autour de celle-ci, pas un message de provocation, juste pour prévenir que l'extérieur est sans danger. Une fois cela fait, il retourna au centre du village, tourner vers sa hallebarde. Il se mit à genou, le bruit mat de la neige écrasée se fit bien entendre à cause du poids de Mortis.

Il libéra sa bible, enchaînée à sa hanche, un ouvrage imposant dont la main de Mortis en englobe à peine les ¾, c'est ce livre qui lui permet de prier et suivre les commandements comme le ferait un chrétiens, un juif ou un musulman mais il sera moins drastique sur les dogmes, il se mit alors à prier à voix hautes, son timbre de voix puissant se fit entendre laissant entendre la langue du Haut-Gothique atteindre des oreilles vierges de cette dite langue, devant ce chant religieux, certains prisonniers se mirent à sortir et  à s'approcher, bien sûr ils sont prêt à s'enfuir au moindre signe de danger, pourtant Mortis ne bougeait que pour faire tourner les pages. C'était un chant glorieux rappelant à chacun les sacrifices à faire pour prospérer et gagner dans les plus affreuses conditions, un défi lancer à la nature pour entraver ceux qui vont survivre sur les terres et prospérer.

Spoiler:
 

_________________
I AM THE HAMMER.
I AM THE POINT OF HIS SPEAR!
I AM THE MAIL ABOUT HIS FIST.
I AM THE BANE OF HIS FOES, AND THE WOES OF THE TREACHEROUS.
I AM THE END.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   Ven 29 Juil - 9:07

La troupe se rapprochait. Demi-Coeur pouvait le sentir, comme la marée affluant sur le rivage la puissance magique des mages déferlait pas vagues sur le campement des esclavagistes. Dans son dos elle entendait Mortis réciter des prières, du moins pensait-elle qu'il devait s'agir de prières car sa voix vibrant dans l'air était imprégnée d'une telle solennité qu'il était difficile de ne pas en saisir le sens. La renarde quand à elle récitait un tout autre genre de quantique.
En face d'elle se trouvait des visages furieux, distordus par la haine et l'envie de lui rompre les os un à un jusqu'à ce qu'elle ne soit plus qu'un cadavre marqué par la souffrance. Dans les yeux exorbités de l'un de ses prisonniers elle lisait la démence vers laquelle sa réclusion le poussait. Dans le regard fou d'un autre, frappant de son front sur la paroi érigée, elle saisissait le futur auquel il s'attendait, et le refus de son esprit d'admettre que sa vie connaîtrait probablement bientôt une fin brutale. Elle les plaignait, en son fort intérieur elle priait ses parents de bien vouloir pardonner à des âmes à ce point tourmentées et de les accepter dans le grand tout universel de la Magie. Leur permettre de se disloquer dans un ensemble si grand effacerait probablement jusqu'à la notion de conscience de ces individus, mais ils seraient mieux ainsi, la vie pour eux ne pouvait plus avoir de sens car jamais on ne leur pardonnerait, et jamais eux même ne parviendraient à retrouver leur état initial d'homme.

Les premiers cris de joie retentirent. Des pas rapides dans la neige, quelques bousculades et une ou deux personnes tombant à terre. Un homme aux épaules larges mais au corps désormais étique du fait des privation s'effondra près de la renarde en glissant sur du verglas que la poudreuse camouflait. Une main toujours fermement agrippée à son bâton dont la pierre semblait un petit soleil, la renarde lui tendit l'autre pour l'aider à se relever, lui conseillant de progresser plus doucement sous peine de risquer plus gros qu'une simple douleur à la prochaine chute.
Enfin une main se posa sur son épaule. Elle avait sentit l'aura approcher, celle de l'un des deux mages. Il apparut à côté d'elle, le Châne à son flanc. Les trois individus se concertèrent du regard puis le nouveau venu prit la main de la renarde et marmonna quelque chose que l'air, aspirant ses mots, empêcha de comprendre. Des symbole scintillèrent sur le pourtour de la caverne minière, le mage sortit un objet de son sac et le posa sur un glyphe particulièrement gros au centre de la barrière, alors Demi-Coeur put relâcher le flux de magie qu'elle maintenait depuis le début. Elle se retourna et trouva une vingtaine de personnages en armures disparates. Deux colosses dépassaient largement de la masse, l'un tenant un marteau de guerre, une hache à la taille. L'autre avançait entre les masures insalubres, faisant sortir les occupants avant de défoncer les fondations à coups de masse. Les prisonniers se rassemblaient en un groupe compact tandis que quelques uns de leurs sauveurs s'assuraient de leur bonne santé.

Demi-Coeur se rapprocha de son compagnon de voyage, posant une main sur l'épaule cuirassée du grand paladin.
«Vous pouvez vous relever Mortis, ces hommes sont des gardiens et nous des serviteurs de la paix, ils ne nous feront aucun mal.»
Il y eut un éclat de rire parmi les gardiens, l'un des arbalétriers peinant à tenir son arme tant il riait. Il décocha un regard venimeux à la mage avant de lui cracher plus qu'il ne lui dit : «Vous êtes jutes deux personnes de plus à enchaîner pour aller plaider devant la hache du bourreau.»
Un instant la renarde faillit ne pas réagir, puis finalement, elle lui sourit avec une grande condescendance, comme si elle se préparait à apprendre à compter à un petit enfant mal assuré. De sa voix la plus douce elle lui répondit simplement.
«Vous avez plus raisons que vous ne le pensez. Il faut parfois des guerriers valeureux pour combattre un monstre, mais pour en combattre autant, il est plus facile d'envoyer un monstre pis encore.» Sa magie d'illusion frappa l'impudent sans qu'elle ait le moindre geste à faire, avec un hurlement à s'en déchirer les poumons il s'effondra au sol, son arbalète lui échappant des mains et sa tête frappant contre le sol gelé. Il ne se releva pas, assommé par le choc. Son sourire aimable toujours sur le museau la renarde se tourna vers le reste des individus. «Mon compagnon et moi sommes fatigués des horreurs et du froid, auriez-vous l'amabilité de nous laisser avancer jusqu'au prochain village, je ne doute pas que nous nous y retrouvions de toute façon, s'il advenait que vous ayez quelques griefs que ce soit contre nous il vous suffira de nous les exposer. Mortis, votre arme, il serait malséant de la laisser là où de mauvaises mains pourraient s'en emparer.»

Son éternel petit sourire sur le museau, Demi-Coeur attendit que les gardiens réagissent. Le mage qui l'avait aidé parlait avec son confrère, et tous deux cherchèrent l'un des membres du groupe le mieux équipé avant de s'expliquer avec lui, de toute évidence le chef allait trancher.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2016

Profil
Points de Puissance :
1600/3000  (1600/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Un pas de plus [PV Demi]   Sam 30 Juil - 15:09

Mortsi était plongé dans son chant, oubliant tout ce qui l'entourait, il se savait en sécurité et pouvait se permettre d'être aussi « décontracté », il ne se rendit pas compte de la présence des Gardiens tellement il était absorbé, c'était l'un des rares psaumes de sa bible qui peut autant l'absorbé car inconsciemment, cela remontait en lui des souvenirs maintenant trop flous pour s'en souvenir mais qui lui apporte un apaisement interne intense mais hélas de courte durée.

Alors qu'il allait s'engager sur le deuxième psaume, la main de Demi-Coeur toucha l’épaulière de Mortis, il ne l'aura pas senti si la magie de Demi-Coeur n'était pas présente pour lui signaler sa présence. Finissant encore quelques phrases, il se releva et se tourna vers le groupe de Gardiens, remarquant que deux d'entre eux faisait presque sa taille et que un était assommé pour une raison qu'il ignore. Il alla donc recherché son arme, l'imposant chevalier la retira du sol et revient aux côtés de sa Chapeline et mit tel une statue à ses côtés attendant le verdict du chef des Gardiens, et si le verdict est mauvais, il se livrera et demandera à ce que la renarde soit lavés de toutes accusations car tout est de sa faute.

Il fallu une dizaine de minutes d'attente et de vives discussions entre ce qui semble être les haut gradés du groupe de Gardiens avant que celui qui semble être le chef s'avance.

Je suis le Capitaine Octavius de la 6e escouades de la Garde de Celestii..Je ne vous cache pas que vous êtes dans une situation délicate il se mis à tourner autour du duo Nous traquions ces bandits depuis plusieurs semaines à cause de leur raid et vous nous avez permis de les localiser rapidement et je vous en remercie mais...le souci vient de lui il pointa l'imposant paladin Selon nos informations et après vérification, cet « homme » est responsable de plusieurs carnages à Khrome et sur Celestii, ces actes de barbaries sont condamnés de mort et vous...il regarda Demi-Coeur Vous l'accompagnez, je ne crains devoir vous mettre dans le même sac et devoir séparer votre tête de votre corps et...

La voix de Mortis se fit entendre, interrompant le capitaine au milieu de sa phrase
Elle n'a rien à voir dans cette histoire capitaine...Je suis l'unique responsable de ces tueries et j'en suis conscient, aucun mot ne pourrait justifier mes actes si ce n'est folie et peur, vous raconter d'où je viens ne servirait à rien mais sachez que là d'où je viens, il n'y a que ténèbres et guerre. Malgré son dégoût pour la violence et la mort, elle a humblement accepté de me guider dans le long chemin de ma rédemption mais si votre jugement est ma mort, je souhait mourir en accomplissant un acte bénéfique à cette terre

Le capitaine écouta Mortis bien qu'il aurait pu faire comme lui, le couper dans ses paroles. Même si rien ne pouvait le pousser à le croire, il retourna auprès des haut gradés pour en discuter de nouveau. Un nouveau silence pour le duo mais un vive débat pour le groupe de Gardien.

_________________
I AM THE HAMMER.
I AM THE POINT OF HIS SPEAR!
I AM THE MAIL ABOUT HIS FIST.
I AM THE BANE OF HIS FOES, AND THE WOES OF THE TREACHEROUS.
I AM THE END.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   Jeu 18 Aoû - 2:55

Les mots chutaient, bien que prononcés comme avec n'importe quelle bouche ils chutaient, lourdement, sans grâce, de même que le plomb chute avec poids. Ces mots semblaient préparés, répétés, mais définitivement, ils n'étaient pas fait pour être prononcés, ou du moins n'étaient-ils pas fait pour que la renarde les entende. Celle ci s'en trouva marri, et elle ne comptait pas rester sans voix, même si son compagnon de route prenait la parole pour la défendre devant l'acier des gardiens. Elle se savait une petite renommée, pas bien grande, mais elle imaginait que, la possédant, sa face ne devait pas subir les stigmates de l'ignominie comme certains se l'imaginent de personnes dont ils ne savent rien. Elle décida donc de tenter sa chance, quelques atouts en plus dans ses manches au cas où cela ne suffirait pas.
Une fois que Mortis se tut elle passa doucement la main de l'épaule à la nuque, un geste qui se voulait apaisant malgré l'armure épaisse lui recouvrant le corps en entier. Un léger sourire sur le museau, la renarde releva son regard d'un bleu profond sur le chef d'escouade. Dans ses iris la couleur se fonça, et des vagues étranges les parcoururent tandis que la renarde prononçait ses premiers mots.

«Gardien, si je ne m'abuse, votre but est autant de chercher à protéger l'oeuvre de votre dieu que le peuple vivant à vos côtés. Dès lors je peux comprendre qu'il vous soit difficile de laisser partir un être ayant gâché bien des vies sur vos terres. Mais, si je ne m'abuse toujours pas, il me semble aussi que vous comportez dans vos rangs toutes sortes de gens. J'ai rencontré plusieurs des vôtres sur ma route, ils étaient voyageurs en quête d'informations, nobles âmes à la recherche de justice et de paix, anxieux désirant rallier un plus grand nombre à leur nation pour ne point risquer de défaite. Mais derrière ce présent ils étaient bons… et tueurs, voleurs, violeurs, menteurs… La liste est longue, les termes peu élogieux, et le résultat le même. Vous avez dans vos rangs des individus ayant certainement commit bien pire que celui dont vous réclamez la tête. Celui là même qui, aujourd'hui, a protégé les petites gens asservies par des personnages odieux et vils. Si le bon n'efface pas le mauvais, il peut au moins proposer de faire pencher la balance du bon côté une fois de plus, et je suis désormais avec lui pour l'y aider.» Demi afficha alors un charmant sourire et, tendant la main vers une baraque de bois pourrit, laissa sa magie lui échapper, transperçant plusieurs murs en laissant un trou béant. «Je crois être capable de le retenir s'il lui venait l'envie de perpétrer de nouvelles atrocités, de même que je suis capable de vous retenir si vous désirez l'assaillir pour quelque chose d'aussi affreusement banal que le meurtre. Sur cette terre tout le monde tue, vous le premier, et vous ne pouvez le démentir, comme personne ne vous tranchera le cou pour avoir pourfendu ceux que vous jugez mauvais personne n'infligera pareille sentence à mon ami qui a agit dans le même but. Peut être voudriez vous discuter de cela ? Je suis toute à fait prête à vous écouter mais je doute que vous possédiez des arguments capable de vous donner raison, à combien de morts en êtes vous?»

Le meneur grimaça en toisant la renarde. Il n'aimait pas s'entendre piéger dans un langage peu flatteur, il venait littéralement de se faire mettre à la même hauteur qu'un inconnu qu'une bonne partie des petites garnisons alentours recherchaient pour planter sa tête à l'entrée d'un village. N'eut été les valeurs auxquelles il croyait il aurait tiré son épée pour lui faire tâter de son acier, deux bons pieds entre les côtes. Mais il restait un homme de justice, et un homme de parole. Aussi, si sa parole avait force de loi pour faire des prisonnier et les juger, ce n'était pas le cas dès lors qu'il s'agissait de tuer un criminel se rendant, l'honneur est la pire faiblesse pour soit et la plus grande force de ses alliés. L'un des mages du groupe vint lui parler alors même qu'il se préparait à répondre. Sans se perdre en détails, il expliqua simplement au grand gaillard qu'aucun cadavre d'innocent ne portait de marque semblable à celles infligées par la hallebarde du chevalier. Et que ceux coincés dans la grotte l'étaient uniquement grâce à la magie de la renarde. Aussi… Ils possédaient les preuves de la bonne fois de ces deux ères, leur combat pour la liberté des plus faible et leur refus de tuer sans compter en piégeant les derniers ennemis de sorte qu'ils puissent les appréhender.
Le chef grogna, mais il dût céder, et se retourna pour partir vers la grotte en saisissant le manche de son arme.

«Dégagez, et évitez de vous retrouver dans un autre camps de sauvages.»
«Mais certainement, nous n'avions de toute façon pas prévu de nous rendre à la caserne.»
Son aimable sourire sur le museau, la demoiselle renarde fit gentiment signe à Mortis de se relever, puis elle affirma sa prise sur son bâton et lui fit tester le sol gelé. La route serait longue jusqu'au prochain village, et certainement pas dénuée d'ennuis, car là où se trouve un camp de brigands, d'autres courent dans les bois, ils trouveraient certainement un nouveau combat sur leur chemin vers la «civilisation».
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 40
Date d'inscription : 10/03/2016

Profil
Points de Puissance :
1600/3000  (1600/3000)
Skittles : 0
Titre / Réputation :

MessageSujet: Un pas de plus [PV Demi]   Mer 24 Aoû - 20:11

Mortis attendit la réponse du capitaine des Gardiens mais ce fut l'apaisante présence de Demi-Coeur qui prit la parole. Il écouta la renarde avec son attention habituelle, prêt à faire taire le premier qui essayera de l'interrompre mais personne ne le fit. Ses quelques paroles suffirent à calmer le chef d'escouade et à les libérer de tout soupçons mais le chemin vers un nouveau blason était encore loin et le chemin vers une ville accueillante l'était tout autant mais qu'importe, il était prêt à tout pour sa redemption. Le duo quittèrent la mine à la recherche d'un endroit pour se reposer, même si Mortis n'en avait pas besoin, la renarde n'allait pas refuser un lit confortable pour s'assoupir.

Le colosse marchait devant, creusant un sillon dans le manteau de la montagne, ce même sillon qui disparaîtra lorsque la neige tombera à nouveau rendant ainsi la sensation de l'inviolable manteau éternelle. Lors de sa marche et des pauses que la Chapeline souhaitait, il se remémorait le paysage de Titan, son monde chapitral. Un monde austère et montagneux à la faune éparse mais suffisante. Les pics menaçant observait en silence les recrues qui devait aller au delà de toute espérances pour survivre, se surpasser physiquement et psychiquement pour ne pas céder au tentation du Warp et ainsi finir avec la tête séparée du corps. Cela remonte à bien longtemps, alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'année, il a maintenant plus de 5 siècles de vies et sa route est encore loin d'être finie.

Durant la route, ils croisèrent des bandits qui poussaient par le froid et la faim étaient capable de tout mais pour la plupart d'entre eux, le courage insensé les avait conduit vers la lame de Mortis mais quelqu'un ont survécu...non pas par qu'ils ont fuis mais par le fait que Demi-Coeur voulait les épargner. Mortis apprit a avoir pitié pour des âmes qui par nécessité devait faire ce genre de choix mais il lui faudra longtemps avant d'avoir de la pitié pour ses ennemis car une doctrine apprise durant des siècles ne s'efface pas aussi facilement : Avoir pitié est signe de faiblesse.

Pourtant, après un troisième coucher de soleil, le colosse aperçut des fumées et des lumières naissantes dans une vallée, une petite ville était en vue mais le duo ne l'attendrait qu'en pleine nuit. Encourageant sa Chapeline d'offrir un nouvel effort afin qu'elle puisse se reposer dignement, il continua sa marche. Mais lors de leurs arrivés, quelques personnes les attendaient, équipés de torches. L'espace d'un instant, Mortis crut qu'ils allaient être chassés mais ce fut le contraire, ils reçurent un comité d’accueil, ils étaient accueillis comme des sauveurs mais quelque chose n'allaient pas derrière tout ça

_________________
I AM THE HAMMER.
I AM THE POINT OF HIS SPEAR!
I AM THE MAIL ABOUT HIS FIST.
I AM THE BANE OF HIS FOES, AND THE WOES OF THE TREACHEROUS.
I AM THE END.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   Jeu 1 Sep - 15:20

Ils laissèrent l'escouade de gardiens dans leur dos. Mortis étant autrement mieux bâtit que la renarde pour ce qui était de déblayer un chemin encombré par la neige et le paysage lui même, il prit les devant de leur petit duo. Ils suivirent la piste des gardiens, laissant rapidement ceux ci disparaître derrière eux, de même que leurs voix et celles de individus qu'ils venaient libérer. Quelques cris portèrent plus loin, probablement ceux des brigands qui se faisaient désormais capturer ou bien exécuter sans jugement préalable. Cela peina la renarde, mais elle ne dit rien, il valait mieux ne pas en parler pour le moment, peut être plus tard. Afin de ne pas s'infliger les tourments d'une réflexion qui ne trouverait comme sujet que celui ci, la bleutée déposa son regard ailleurs, sans vraiment faire attention à où exactement. Elle observa le manteau neigeux, ses ondulation par dessus les aléas du terrain accidenté de la montagne. Bientôt ce furent les arbres qui les entourèrent, de leurs branches nues et mortes, dressées vers le ciel comme autant de mains de Tantale cherchant en vain à se saisir d'un fruit. Bien que l'image ne soit pas la plus plaisante imaginable, cela apaisa la mage.

Son souffle produisit encore un petit nuage de vapeur, son oreille tressauta, signe qu'elle venait de percevoir quelque chose au loin, et Dolm remua dans son sac. Elle y glissa une main pour le caresser, sa paume lui recouvrant les oreilles afin de lui faire comprendre qu'il n'était pas le seul à sentir la menace dans l'air. D'autres bandits se trouvaient dans les environs. Cela n'avait rien d'étonnant, pour qu'un camp aussi prospère voit le jour ils devaient bien poster des sentinelles, les kilomètres alentours de leur refuge devaient foisonner d'yeux et de lames. Bien qu'elle ne désire pas se battre Demi savait qu'elle ne pourrait pas y couper, aussi se prépara-t'elle.

Il leur fallut livrer plusieurs fois bataille, sur plusieurs jours de marche. Si la renarde ne trouvait pas la marche épuisante elle se fatiguait de cette violence incessante. Il y eut du sang, des morts, et des âmes en peine se perdant en gémissements dans le vent. Bien qu'elle parvint plusieurs fois à dévier la lame de son compagnon de ses cibles, elle dut admettre qu'ils n'avaient tout deux d'autre choix que d'en tuer certains, et c'est avec une peine égale à la souffrance qu'il ressentir lorsque le métal froid plongea dans leur chair qu'elle les regarda s'éteindre. Enfin, désormais elle n'aurait plus à en voir mourir avant longtemps, ils venaient de rallier un village, un simple petit village rien de bien grand. Une quinzaine de masures dont les trois plus grandes se composaient de deux granges et une auberge. Un toit plus fournit en paille et des fondations plus épaisses suffisaient à repérer le maître des lieu. Quelques hommes se promenaient dans la rue, s'occupant de leurs enfants ou d'affaires nécessaires à leur survie, le tout en arborant parfois un bâton noueux ou une lame couverte de scories. Il ne devait pas être aisé de vivre ici, mais toujours mieux que d'être mort ailleurs. La renarde pensait devoir faire profil bas comme souvent ces derniers temps, mais dans la pénombre de fin de jour, des cris retentirent, accompagnés de quelques galopades et du chuintement des torches s'embrasant. Rapidement, une petite troupe s'amassa dans la grand rue du village, et les hommes comme les femmes vinrent remercier le duo de les avoir aidé. L'un des mages avait semble-t'il envoyé un message jusqu'ici, pour donner des informations et que tous se tinrent prêt à les recevoir avec leurs protégés. Mais il avait aussi glissé quelques mots à l'attention des deux sauveurs. «Remettez vous mais partez avant cinq jours. Les gardiens ne peuvent éternellement fermer les yeux.». Cela attestait du besoin que Mortis avait encore de redorer son blason. Pour le moment ils se contenteraient de profiter de l'hospitalité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un pas de plus [PV Demi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un pas de plus [PV Demi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» X CANICHE MALE 1 AN ET DEMI RISQUE EUTHA BETHUNE (62)
» Froisss, demi-hobbit
» Elfinor un demi-elfe ici[U.C]
» Elenya Leralonde [Demi elfe][finis]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horizon RP :: Horizon :: Celestii :: Autres Locations-